La Turquie utilise le « NAPALM ILLÉGAL» contre les «CIVILS» en Syrie

La TURQUIE a été accusée d’avoir enfreint le droit international en utilisant du napalm sur des populations civiles en Syrie alors que les combats continuent à faire rage dans la région entre les forces turques et les unités de protection des peuples (milice) kurdes soutenues par les Etats-Unis.

 

Le week-end dernier, les forces terrestres turques ont pénétré dans la province d’Afrin, au nord de la Syrie, après que la Turquie a lancé des frappes d’artillerie et des attaques aériennes contre les YPG – qu’Ankara considère comme un groupe terroriste.

Le politicien syro-kurde Îlham Ehmed, coprésident du Conseil démocratique syrien (SDC) – une opposition laïque et non-islamiste en Syrie, a accusé la Turquie d’utiliser l’arme «interdite» contre les civils.

 

 

Îlham Ehmed

 

En écrivant sur Twitter, elle a déclaré: « L’armée turque utilise l’arme interdite au napalm à Afrin contre les civils. »

Le droit international n’interdit pas spécifiquement l’utilisation du napalm contre des cibles militaires, mais son utilisation contre les populations civiles est interdite, selon la Convention des Nations Unies sur certaines armes classiques.

 

 

 

 

Les affrontements violents se poursuivent avec de l’artillerie lourde et des bombardements aériens sur les zones contrôlées par les forces kurdes dans les campagnes d’Afrin, à l’ouest et au sud.

Les forces turques ont bombardé des zones du district de Rajo, de la campagne septentrionale d’Afrin et de Kafri Kar.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, le nombre de combattants tués est passé de 59 à 59 par les YPG et les forces d’autodéfense.

L’organisation des droits de l’homme rapporte également que sept soldats turcs ont été tués ainsi que 69 autres des factions rebelles et islamiques opérant au sein de « l’Opération Olive Branch ».

L’opération Olive Branch est le nom de code de l’action militaire turque.

L’opération risque d’accroître les tensions avec les alliés de la Turquie, les Alliés, qui soutiennent les YPG dans la lutte contre les djihadistes de l’État islamique.

M. Le Drian a déclaré que la France avait demandé à la Turquie d’agir avec retenue en Syrie après s’être entretenue par téléphone avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu.

Il a ajouté: « La France appelle les autorités turques à faire preuve de retenue dans un contexte difficile, la situation humanitaire se détériorant dans plusieurs régions de Syrie à la suite des actions militaires du régime de Damas et de ses alliés ».

 

Le président français Emmanuel Macron a déclaré à Recep Tayyip Erdogan ses inquiétudes concernant l’offensive militaire du pays.

Le bureau de M. Macron a déclaré dans un communiqué: « Tenant compte des besoins de sécurité de la Turquie, le président a exprimé à son homologue turc ses préoccupations suite à l’intervention militaire lancée à Afrin ».

L’utilisation extensive de Napalm avec l’agent Orange pendant la guerre du Vietnam aurait contribué aux problèmes environnementaux et de santé publique de ce pays.