L’OPEP : dans l’attente d’une décision salutaire

« Ce ne sera pas une réunion facile et nous réfléchissons toujours à divers scénarios », le ton est donné, depuis hier par les Emirats arabes unis, à propos de ce que va décider l’OPEP demain.

 

En attendant, l’incertitude gagne le marché faisant perdre hier au baril de Brut de la mer du Nord pour livraison de janvier 56 cents.

A Vienne, demain jeudi, la réunion tant attendue ne sera pas une formalité, les ministres de l’Opep et leurs partenaires vont devoir selon, les analystes éplucher toutes options pour parvenir à une solution qui satisfasse un marché agité.

 

 

 

Certes, l’accord de reconduction de la limitation de production a de grandes chances mais, les analystes trouvent cela, insuffisant pour rééquilibrer le marché de façon durable, surtout que les tensions politiques, entre certains membres de l’organisation, en l’occurrence l’Arabie saoudite et l’Iran, sont, apparues ces derniers jours.

 

 Certains analystes soutiennent pourtant le contraire estimant que l’un comme l’autre a intérêt d’adhérer au consensus indépendamment des frictions de conjoncture. Comme l’Iran l’Arabie Saoudite a besoin d’un baril à plus de 60 dollars pour soutenir son économie et mener à bien ses réformes structurelles. Le ministre saoudien a déjà exprimé publiquement l’extension de l’accord jusqu’à la fin de l’année prochaine.

 

La Russie en tant que partenaire trouve tout aussi intérêt à se ranger du coté OPEP pour contrer la suprématie américaine rendue possible par l’exploitation du schiste. Les extractions américaines ont atteint en novembre leur plus haut niveau.

Les membres de l’OPEP avec la Russie auraient ainsi de sérieuses chances de prolonger l’accord sur toute l’année prochaine et, comme ce n’est pas suffisant, ils prévoient un contrôle et un suivi rigoureux de l’application de cet accord.

 

Un point de situation en juin est inscrit à l’agenda de l’organisation conformément aux recommandations de la commission mixte regroupant des délégués de l’OPEP  et d’autres pays producteurs dont la Russie. Une proposition que la réunion des ministres demain, devra entériner dans la capitale autrichienne.