Importante saisie d’armes en Île de France

 

Les plus anciennes armes datent de la Seconde Guerre mondiale, les plus récentes n’ont que quelques années : les policiers de la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine ont réalisé le samedi matin 3 juin une saisie d’armes inédite dans le sud de la région parisienne.

Après plusieurs semaines d’enquête, les policiers ont mis la main sur 550 kg de résine de cannabis conditionnée en “valises marocaines” (toile de jute enveloppant du cannabis du Rif marocain avec une poignée en corde tressée).

Une belle prise de drogue effectuée dans des box et des appartements à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) et Massy (Essonne). 200.000 euros en liquide et des brouilleurs d’onde pour portables ont également été découverts.

Sept hommes ont été arrêtés. Six ont été présentés mardi devant le parquet de Nanterre.

 

Mais les policiers sont également tombés sur un stock impressionnant d’armes et de munitions, comme le montre la photo publiée par Le Parisien. De gauche à droite, on voit trois kalachnikov AK-47 (calibre 7,62 mm) avec quatre chargeurs, un fusil à pompe de calibre 12, deux fusils d’assaut de fabrication allemande HK-416 (5,56 mm) récents avec deux chargeurs, deux mitraillettes Sten (9 mm) tout en métal de fabrication anglaise et qui furent parachutées par milliers dans les maquis de la Résistance. Deux pistolets et deux revolvers  apparaissent également sur la photo.

Joint par L’Essor de la Gendarmerie,  Jean-Louis Courtois, expert en armes auprès des tribunaux a expliqué que le fusil d’assaut allemand HK-416 a été vendu à l’armée ou à la police dans de nombreux pays.

En France, les forces spéciales et le GIGN sont équipés de cette arme. Elle figure très rarement dans les saisies d’armes de guerre en France contrairement à la kalachnikov, très répandue dans les réseaux de trafic de stupéfiants qui l’utilisent dans des règlements de compte sanglants.

 

Le criminologue Alain Bauer (Photo M.Guyot L'Essor).
Le criminologue Alain Bauer 

Le criminologue Alain Bauer émet deux hypothèses sur l’origine de ces deux HK-416. Ces deux fusils d’assaut pourraient provenir d’un cambriolage chez un collectionneur qui n’aurait pas porté plainte, la détention de ces armes étant bien évidemment interdite. Autre hypothèse, celle d’un échange d’armes entre le réseau français de trafiquants de drogue démantelé et un réseau germano-hollandais.

Toutes ces armes vont être expertisées par la police scientifique. Pour essayer d’en retracer l’origine et pour vérifier si elles n’ont pas été déjà utilisées.

essor