Afghanistan : le Conseil de sécurité appelle les Talibans à respecter le cessez-le-feu annoncé par le gouvernement

Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies se sont félicités de l’annonce faite le 19 août par le gouvernement afghan d’un deuxième cessez-le-feu conditionnel avec les Talibans qui a commencé le jour de l’Aïd al-Adha (fête du sacrifice).

 

Dans une déclaration à la presse rendue publique lundi, les membres du Conseil ont exhorté les Talibans à rendre la pareille sans délai. Ils ont également réitéré leur appel pour que ces derniers acceptent l’offre faite par le gouvernement en février dernier d’engager des pourparlers de paix directs. Des pourparlers qui doivent être acceptés « sans aucune condition préalable et sans menace de violence », dans le but d’un règlement politique ultime conduisant à une paix durable pour le peuple afghan.

Les membres du Conseil ont réaffirmé l’importance d’un processus de paix sans exclusive mené par les Afghans pour la prospérité et la stabilité à long terme de l’Afghanistan, et ont exprimé leur plein appui aux efforts déployés par le gouvernement afghan à cette fin.

Condamnant les récentes attaques terroristes, y compris celles commises par les groupes affiliés à Daech, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde préoccupation quant au nombre de victimes civiles et au niveau élevé de violence en Afghanistan.

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé à toutes les parties au conflit de respecter pleinement les obligations du droit international humanitaire relatives à la protection de tout le personnel médical et du personnel humanitaire et encouragent toutes les parties à coopérer pour faciliter l’aide humanitaire.

Les institutions électorales doivent pouvoir travailler sans entrave

Le Conseil de sécurité a souligné l’importance d’un environnement sûr pour mener des élections parlementaires « pacifiques, inclusives, crédibles et transparentes » le 20 octobre 2018 et l’élection présidentielle du 20 avril 2019.

Réaffirmant leur soutien au gouvernement et au peuple afghan dans leurs efforts pour développer des institutions démocratiques viables, les membres du Conseil ont souligné la nécessité de promouvoir la participation pleine et sûre aux élections des femmes, ainsi que des membres des groupes minoritaires, y compris les minorités ethniques, religieuses et linguistiques, en tant qu’électeurs et candidats.

Les membres du Conseil ont exhorté les acteurs concernés à régler sans délai les questions électorales en suspens et ont condamné toute tentative visant à entraver le travail des institutions électorales pour organiser des élections parlementaires opportunes et crédibles en 2018. Ils appellent tous les acteurs à permettre au personnel de la Commission électorale indépendante et de la Commission des plaintes électorales de poursuivre leurs travaux.

Le gouvernement afghan, les responsables politiques, la Commission électorale indépendante et la Commission des plaintes électorales ont la responsabilité principale de créer les conditions nécessaires pour la tenue d’élections crédibles ont rappelé les membres du Conseil. Ils ont pris note de l’introduction d’un nouveau système d’inscription des électeurs en Afghanistan et ont appelé tous les acteurs à jouer un rôle constructif dans le processus électoral.