Le groupe de négociation d’ Homs retarde le départ des convois de personnes

Le groupe de négociation dans le nord de Homs a reporté jeudi de nouvelles opérations de personnes déplacées des villes et villages du nord de Homs vers le nord syrien.

 

« L‘accord a été conclu avec la partie russe lors d’une réunion avec le Rastan City Bridge, pour ne laisser aucun convoi de personnes déplacées jeudi et vendredi au nord de la Syrie, même pour sécuriser les deux convois précédents », a déclaré l’organisation. Dans les conseils locaux de chaque région.

Le comité a expliqué dans une déclaration que les membres des factions militaires quittent leurs familles par lots après la coordination entre le commandant de la faction et le comité civil, expliquant qu’un comité conjoint a été formé pour coordonner les accords entre les conseils locaux.

Selon ‘pays membre du comité Mohammed roi Ayoub « des négociations à Homs au nord et au sud de Hama ont eu lieu dans une déclaration à la presse »  et Mahmoud Aboul-Magd, a rapporté  « l’objectif de la réunion était d’organiser les opérations de sortie des personnes déplacées, sur la communication et la coordination avec la partie turque avant de mettre en place des convois de déplacement du nord de Homs, en plus d’assurer le logement vers les  camps de déplacés. D’autant plus que l’ancienne caravane est restée pendant plus de 40 heures stoppée à l’est de la porte de la ville d’Alep, et est ensuite retournée au détroit Castle.

 Ayoub à rapporté qu’une commission civile et militaire a été formée afin de communiquer avec les conseils locaux sous sa direction d’ Abdulrahman Aldhak and »vadi Alwan  afin d’enregistrer et les numéros et la région pour ceux qui souhaitent partir, en plus d’organiser les déplacements des convois.

Mercredi, les forces russes ont annulé le troisième groupe de personnes déplacées au nord de Homs eb Syrie après avoir demandé au groupe de négociation de communiquer avec la partie turque pour coordonner l’entrée des déplacés dans la ville de Bab, à l’est d’Alep.

Jeudi matin,  après l’empêchement des troupes turques d’entrer dans la ville de Bab depuis leur arrivée mardi, la partie russe a exigé que les convois puissent se rendre dans la province d’Idli