Lula, arrêté, arrive au siège de la police fédérale brésilienne à Curitiba.

 

L’ancien Président du Brésil s’est finalement rendu et aucune échauffourée n’a été constatée entre les opposants et le gouvernement actuel.

 

Après deux jours retranché à l’Union, Lula est parti vers 11 h du matin pour assister à une messe en mémoire de son épouse décédée, tenue juste là dans la rue, sur le camion installé la veille pour servir de scène les discours politiques de ses partisans, parmi les drapeaux rouges des militants et avec la participation d’une grande formation de musiciens. 

 

Suite à la cérémonie, l’ancien président a pris la parole et a commencé à faire des adieux, qui ont donné lieu à un discours poignant, chargé de reproches pour ses accusateurs comme des phrases solennelles. « Je ne suis plus un être humain, je suis une idée », a-t-il déclaré.

 « Mes idées sont déjà dans l’air et personne ne peut les enfermer. Maintenant vous êtes des millions de cellules. »

 « Je quitterai cette situation, plus grand, plus fort et innocent Parce que je vais montrer que ce sont eux qui ont commis un crime.  » rapporte-t-il.