Quatre Vénézuéliens morts et vingt-huit ont disparu en essayant d’atteindre Curaçao par mer

Jeudi, les autorités vénézuéliennes ont confirmé la mort de quatre personnes et la disparition de vingt-huit autres après qu’un navire chargé de personnes quittant la nation sud-américaine a coulé dans les eaux des Caraïbes en essayant d’atteindre l’île néerlandaise de Curaçao.

Le navire transportant 34 personnes est parti mardi pour l’île néerlandaise de Curaçao, située au large des côtes vénézuéliennes et a informé le directeur de la protection civile régionale du Venezuela, José Montaño.

Il a assuré que deux personnes ont réussi à nager la côte de Curaçao. Les autorités maritimes vénézuéliennes et l’île néerlandaise comptent 28 disparus.

 

Les restes du bateau

 

Le bateau dans lequel les naufragés voyageaient a navigué de la plage de San José de La Vela de Coro à Curaçao, a rapporté le bureau du maire de Colina dans l’état de Falcón.

« Quatre corps, deux hommes et deux femmes vénézuéliennes ont été retrouvés dans une baie du nord de Curaçao », a déclaré un porte-parole de la Garde côtière néerlandaise des Caraïbes.

Les défunts ont été retrouvés à proximité des restes d’un navire soupçonné de transporter des personnes sans papiers dans l’île.

 

La Garde côtière néerlandaise des Caraïbes a détecté le navire à Koraal Tabak et plusieurs témoins dans la région ont déclaré que plusieurs immigrants avaient réussi à atteindre le continent. La police continue d’inspecter la zone avec des hélicoptères et des patrouilles à pied essayant de localiser les disparus.

D’autre part, la Garde côtière néerlandaise des Caraïbes a déployé plusieurs bateaux pour localiser les naufragés.

En haute mer, la Garde côtière vénézuélienne et le Service maritime de la Garde nationale bolivarienne ont également organisé une opération pour tenter de localiser les survivants.

L’incident survient au milieu des tensions après que le président Nicolás Maduro a ordonné un blocus commercial de Curaçao, Aruba et Bonaire vendredi dernier.

Les autorités vénézuéliennes affirment que la contrebande de produits en provenance du Venezuela vers les pays voisins est l’une des causes de la grave pénurie de produits alimentaires et d’autres produits de base auxquels le pays d’Amérique du Sud est confronté depuis plusieurs années.