ESPAGNE : Un train déraille à SEVILLE, 35 blessés

Le président de la Junta de Andalucía, Susana Díaz (PSOE), a demandé des explications au gouvernement pour clarifier comment il a permis le passage des trains  à travers l’inondation d’une partie de la route. Le ministre des Travaux publics, Íñigo de la Serna, a critiqué la réaction du chef andalou et l’a accusée d’utiliser politiquement l’ accident.

Sources de l’administrateur des infrastructures ferroviaires (Adif) ont expliqué que le problème enregistré à 7h45 le matin dans les kilomètres précédant le lieu de l’événement a été résolu deux heures plus tard et avant le passage du train.

La deuxième inondation a été soudaine et imprévisible , selon les mêmes sources. « Il est impossible de prévoir qu’un cours d’eau va devenir le Mississippi », a résumé le porte-parole d’Adif en Andalousie, Antonio López.

L’un des passagers a confirmé que les évaluateurs avaient averti au début du voyage, à huit heures du matin à Malaga, qu’ils pourraient avoir à faire une partie du voyage en bus à cause des inondations. Cependant, une heure plus tard, ils ont signalé la réouverture de la route.

 

« Ma fille et moi étions calmes parce qu’on nous avait dit qu’il n’y avait pas de problèmes. Soudain, nous avons remarqué que le train était penché et que toutes les valises ont commencé à tomber. Nous nous sommes embrassés « , a déclaré l’un des passagers, qui était indemne et qui occupait la première voiture des trois qui composaient le train. 

 

La pluie qui a atteint 100 litres au mètre carré dans la région, a détruit plus de 50 mètres de voie.  » tout a été soulevé », a déclaré le maire d’Arahal, Miguel Angel Márquez, qui a déclaré que la région est inondée comme d’habitude quand il y a de fortes pluies.

« J’étais sur mon siège quand j’ai remarqué qu’il déraillait et je me suis vu soudainement sur le siège avant et un passager qui était à côté de moi était resté avec la jambe coincée par la table », a raconté un passager de 34 ans.qui n’a pas été blessé.

 
 

 

 

Le lieu de l’accident , le kilomètre 22 de la ligne Utrera-Marchena, est aujourd’hui un lagon. Le fort bassin versant enregistré quelques heures auparavant avait transformé l’oliveraie en un bourbier qui rendait impossible l’accès aux services d’urgence et de sécurité qui sont arrivés immédiatement dans la région. 

Deux hélicoptères ont réussi à atterrir pour évacuer les deux blessés les plus graves et le reste a été soigné à côté des wagons grâce aux voisins de la région, qui se sont déplacés dans des tracteurs et des véhicules tout-terrain pour les aider.

 Peu avant une heure de l’après-midi, un train a réussi à s’approcher des routes affectées pour transporter les passagers à la station El Sorbito, car la boue a empêché le retour à Séville.

Un agriculteur qui travaillait dans la région, nommé Agustín, a été le premier à soigner les blessés.

 « Je prenais le petit déjeuner parce que, comme le champ est aujourd’hui [pour hier], vous ne pouviez pas faire grand-chose. J’ai entendu parler de l’accident et de la demande d’aide du maire parce que vous ne pouviez pas aller dans la région, alors j’ai pris le tracteur et je suis venu si je peux aider », a déclaré Antonio López du pont surélevé où il s’est installé.

Initialement le centre opérationnel de protection civile et les unités sanitaires. Comme lui, des douzaines de voisins sont venus au site du déraillement pour aider.

Adif a déplacé un train d’atelier de Córdoba pour essayer de remorquer le wagon déraillé. Mais la destruction dans les voies obligera à les garder fermées à la circulation pendant des jours. 

 

 

En raison de cette situation, le service entre les gares d’El Sorbito et d’Arahal est suspendu, de sorte que les routes de moyenne distance Séville-Malaga et Malaga-Séville sont faites par route; ainsi que les services à distance entre Almería et Séville, qui dans la section entre Grenade et Séville vont également par la route, selon Renfe.

Le délégué du gouvernement en Andalousie, Antonio Sanz, a voyagé sur le site de l’ accident, où il a expliqué que la cause préliminaire de l’incident est l’ infiltration d’eau sur la route, la même cause qui a empêché réutilisée en partie pour évacuer les touchés .

« Nous devons être prudents et attendre les résultats de l’enquête », a demandé M. Sanz, remerciant la réponse « rapide, efficace et coordonnée » de tous les services d’urgence et de sécurité qui ont participé à l’opération. 

 

 

Nous allons demander au gouvernement d’ouvrir une enquête pour en clarifier les causes.

Le 112 a reçu dans la région plus d’une centaine d’urgences par les pluies tombées mardi soir à mercredi et a causé des problèmes principalement sur le réseau routier.