L’extrême droite Allemande, demande que Merkel soit punie

L’AfD  l’extrême-droite dénonce la chancelière, pour avoir laissé entrer 1 million de réfugiés dans le pays et promet de «la punir sévèrement».

 

Le principal parti de droite de l’Allemagne accuse la  chancelière Angela Merkel, pour être «sévèrement punie» pour sa politique d’immigration une fois qu’elle occupe une place au Parlement, a déclaré dimanche son chef.

Le parti Alternative for Germany (AfD) devrait gagner jusqu’à 12 pour cent du vote lors des élections fédérales allemandes le 24 septembre et devenir le troisième plus grand parti au Bundestag, selon les sondages.

 

Alexander Gauland

Alexander Gauland, cofondateur de l’AfD, a déclaré que le parti demanderait la création d’un nouveau comité pour examiner les antécédents de Merkel sur les réfugiés et les migrants qui entrent dans le pays.

« Nous voulons que la politique de Merkel d’amener un million de personnes dans ce pays soit enquêté, et nous voulons qu’elle soit sévèrement punie pour cela », a-t-il déclaré.

« Nous devenons progressivement des étrangers dans notre propre pays ».

On ignore ce que Gauland voulait dire par «punition».

 

Fondée en avril 2013, l’AfD s’est rarement raté sur la part de cinq pour cent du vote requis pour gagner une représentation au Parlement lors des élections fédérales de septembre de la même année.

Le parti, qui préconise la fermeture des frontières de l’Allemagne et l’introduction d’un quota minimum pour les expulsions, pourrait maintenant devenir la plus grande force d’opposition de l’assemblée nationale si la coalition actuelle du parti de l’Union démocratique chrétienne de Merkel et du Parti social-démocrate (SPD) est retourné, comme l’indique le sondage.

Ce scénario aboutirait à ce que la DDC présiderait le comité budgétaire influent et permette à ses parlementaires d’ouvrir le débat général lors des consultations budgétaires.

 

Georg Pazderski

Georg Pazderski, membre du conseil d’administration de l’AfD, a déclaré aux journalistes que son parti utiliserait son rôle prédit dans le nouveau parlement pour mettre en évidence le coût de la crise des réfugiés et des problèmes dans la zone euro.

 

« Nous aurons une voix lorsque nous serons au Parlement. Nous ne serons pas une opposition facile », a-t-il déclaré.

 

 

Un certain nombre de candidats ont déjà exprimé leur réticence à travailler avec de nouveaux parlementaires, en citant le programme controversé du groupe qui inclut l’interdiction du voile islamique complet.

Sahra Wagenknecht, une candidate pour le parti de gauche, s’est engagé à voter contre tous les membres de l’AfD qui représentent les « vues nazies » qui sont élus à des postes de responsabilité dans le nouveau parlement.

 

Sahra Wagenknecht

Wagenknecht, député depuis 2009, a déclaré des éléments du programme d’extrême droite de l’AfD,  tels que l’interdiction proposée pour les minarets inconstitutionnels.

Les partis de droite ont affiché une place importante dans les élections européennes en Europe cette année.

Marine Le Pen, chef du parti du Front national , a remporté 34% des voix lors de l’élection présidentielle de mai, et Geert Wilders, du Dutch Party for Freedom, a marqué 13% en mars, lors des élections générales néerlandaises.