Centrafrique : une attaque contre un convoi de la MINUSCA fait quatre morts et huit blessés parmi les Casques bleus

10 mai 2017

 

Une attaque contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a fait quatre morts et huit blessés parmi les Casques bleus lundi soir près de Bangassou, à environ 500 kilomètres à l’est de la capitale Bangui, a indiqué mardi la mission onusienne.

 

« Le convoi, qui avait quitté Rafai pour Bangassou, a été la cible d’éléments armés vers 20 heures près du village Yogofongo, à 20km de sa destination », a expliqué la MINUSCA dans un communiqué de presse.

Dans un premier temps, la Mission a confirmé qu’un Casque bleu cambodgien avait été tué et huit autres blessés, dont un Cambodgien et sept Marocains. « Quatre Casques bleus sont portés disparus, dont trois soldats cambodgiens et un soldat marocain », a dit la Mission, ajoutant que « les auteurs de l’attaque se sont enfuis dans la brousse ».

Plusieurs heures plus tard, la MINUSCA a confirmé que trois des quatre Casques bleus portés disparus ont été retrouvés morts. Le quatrième soldat reste porté disparu. La Mission a précisé que lors de l’attaque, huit éléments anti-Balakas ont également été tués et plusieurs autres blessés.

Intervention de secours

La mission onusienne a envoyé un hélicoptère et des Casques bleus pour sécuriser l’endroit et lancer des recherches afin de retrouver les soldats portés disparus. Un avion a évacué les Casques bleus blessés. Ils sont arrivés à Bangui et reçoivent les soins appropriés.

La MINUSCA a dénoncé « dans les termes les plus vigoureux cette attaque odieuse contre les Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n’a d’autres objectifs que d’aider le pays à protéger les populations et permettre à la Centrafrique de sortir de l’engrenage de la violence causée par les groupes armés ».

 

La mission onusienne a déclaré qu’elle se coordonnait étroitement avec les autorités centrafricaines pour s’assurer que les auteurs de cette attaque soient arrêtés et traduits en justice. Elle a rappelé que « porter atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considéré comme un crime de guerre et passible de poursuites judiciaires ».

Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga

Le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, a adressé ses « condoléances les plus profondes et émues à la famille de la victime, à son contingent et à son pays » et a exprimé son « immense reconnaissance pour le travail et les sacrifices des Casques bleus dans la protection de la population en République centrafricaine ».