La frégate Cassard porte secours à 12 naufragés

Le mardi 20 novembre, la frégate antiaérienne Cassard, engagée dans le golfe Arabo-persique, a secouru 12 naufragés.

 

En fin de matinée, la frégate se prépare à un ravitaillement à la mer quand elle intercepte un message de détresse émanant d’un bâtiment de commerce situé à proximité, le Durban Queen.

Le navire est rapidement repéré, à sept milles nautiques, soit environ 13 km. Sous le contrôle opérationnel du commandant de la zone maritime océan Indien, le Cassard se prépare à intervenir et fait décoller son hélicoptère, un Panther de la flottille 36F, tout juste revenu d’une mission de surveillance maritime.

 

 

le Cassard

 

 

Quand l’hélicoptère arrive à la verticale du navire qui arborait quelques minutes plus tôt le pavillon de Saint-Christophe-et-Nevis, celui-ci a chaviré et l’équipage indien se tient sur la coque retournée qui est en train de sombrer.

A 12 h 32, le Panther, avec à son bord deux pilotes, un plongeur et un treuilliste, commence les manœuvres d’hélitreuillage.

Une première rotation est effectuée. Elle permet de transporter 4 naufragés vers le bâtiment le plus proche, un navire de commerce. Les seconde et troisième rotations permettent de transférer les 8 autres naufragés, dont certains sont blessés, à bord du Cassard et d’assurer leur prise en charge.

A 13 h 42, les opérations de treuillage prennent fin. Les naufragés sont tous sains et saufs : les  blessures n’étaient que des blessures légères traitées par l’équipe médicale de la frégate. Les huit naufragés pris en charge par le Cassard sont ensuite confiés à un bâtiment civil, le Sea Princess.

Après cette journée dense, le Cassard peut ravitailler et poursuivre sa route vers le Koweït où il participera à l’exercice bilatéral Pearl of the West.

Créées le 15 janvier 2008 suite à l’accord entre la France et les Émirats arabes unis, les 650 militaires des forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU) ont pour mission de développer la coopération militaire bilatérale et régionale, mais aussi d’accueillir les troupes venues de métropole et les contingents étrangers pour parfaire leur aguerrissement en milieu désertique et en zone urbaine.

Le commandant des FFEAU est également commandant de la zone maritime océan Indien. A ce titre, il exerce le contrôle opérationnel des unités françaises déployées dans sa zone de responsabilité qui s’étend du Sud du canal de Suez jusqu’aux limites occidentales des eaux du Myanmar, de l’Indonésie et de l’Australie.