Frontex conclut un projet de partenariat oriental d’une durée de quatre ans

Mardi, Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de gardes-côtes, a accueilli la réunion finale du projet de renforcement des capacités de gestion intégrée des frontières du partenariat oriental. 

 

Au cours des quatre dernières années, il a accru la capacité des agences frontalières des six pays du partenariat oriental Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie et Ukraine  de mettre en œuvre efficacement le concept de gestion intégrée des frontières.

 

La gestion intégrée des frontières a pour objectif de garantir la sécurité intérieure et de faciliter le mouvement légitime des personnes et des biens à travers les frontières. 

Le projet IBM du partenariat oriental visait à assurer un contrôle efficace des frontières extérieures en s’attaquant aux problèmes de migration et à lutter contre la criminalité transfrontalière en renforçant la collaboration aux niveaux national, transfrontalier et international. 

Dans le cadre du projet, plus de 600 gardes-frontières et 600 agents des douanes ont été formés par Frontex. 

 

 

Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex. 

Les sujets abordés dans plus de 80 cours comprenaient la vérification de documents, les techniques d’entretien, la sélection et l’identification des nationalités, la lutte contre la traite des êtres humains et les droits fondamentaux.

«Nos efforts ont profité aux passagers de tous les jours, ainsi qu’aux personnes ayant besoin de protection. Ce projet constituait un cas exemplaire de coopération entre les autorités de l’UE et des pays du partenariat oriental, ainsi qu’entre les services de garde-frontières et les services des douanes. 

 

Cela montre tout le travail que nous pouvons accomplir lorsque nous travaillons ensemble aux frontières de l’UE », a déclaré Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex. 

«Je suis particulièrement fier que le projet ait mis en place un système de formation à la gestion intégrée des frontières dans les six pays du partenariat oriental, transférant certaines des meilleures pratiques de l’UE et des enseignements tirés», a ajouté Leggeri.

Il s’agissait du premier projet d’assistance technique mis en œuvre par Frontex en tant qu’agence chef de file. 

L’Organisation internationale pour les migrations, le Centre international pour le développement des politiques en matière de migration et l’Organisation mondiale des douanes ont été partenaires du projet et le financement a été fourni par la Commission européenne. La coopération structurée entre Frontex et les pays du partenariat oriental se poursuivra et l’Agence reste déterminée à tirer parti des résultats du projet.