Les Français dans la rue : le mouvement des gilets jaunes s’amplifie.

A la veille du 17 novembre, de nombreux français sont ensemble pour crier leur colère, mais pas uniquement sur l’augmentation des carburants.

 

La France tous partis réunis, est en colère et ça se voit. Les Français de tous départements se préparent à faire entendre leurs voix dans le calme et sans agression aucune. Ce qu’il est à redouter, c’est que des éléments non contrôlés s’immiscent aux manifestations pour semer le chaos et en rendre responsables les personnes pacifiques qui manifestent.

C’est un mouvement qu’il ne faut pas prendre à la légère et le gouvernement l’a bien compris.La mobilisation est soutenue par les dirigeants du Rassemblement National, de Debout la France et d’autre encore.

Toutes les catégories socio-culturelles seront dans la rue encouragées par les appels sur les réseaux sociaux. Il ne s’agit peut-être pas d’un nouveau « mai 68 », mais on ignore à l’heure actuelle, jusqu’où ce mouvement ira et combien de temps il dureras.

Une situation de ce type pourrait facilement s’enliser. Il faut souhaiter dores et déjà, que des accords entre l’état et la population puissent être établit.

Les manifestants ont le soutien de la police et il n’est pas impossible que d’autres corporations se joignent à leur mouvement. 

L’association Mobilisation des Policiers en Colère réitère son soutien à l’initiative lancée sur les réseaux sociaux à mettre en évidence leurs gilets jaunes « police », le 17 novembre prochain, signe de ralliement à ce mouvement de contestation.

 

 

Le mouvement aura lieu sans le soutien des principales organisation syndicales, dont la plupart ont annoncé qu’elles ne se joindraient pas aux défilés et qu’elles n’appellent pas à manifester, mais rien ne dit que malgré cela, on ne trouve pas des syndiqués arborant un gilet jaune.De plus en plus nombreux sont les citoyens qui pensent à braver la loi pour s’armer et se défendre par eux-mêmes. Les Français sont à bout et ne croient plus beaucoup à la politique. La pression sur leurs épaules est énorme et si une soupape n’est pas ouverte, tout est à craindre.

voir notre article :

http://mediapress24.fr/index.php/2018/10/31/la-police-soutien-le-mouvement-populaire-du-17-novembre/

 

La CFDT de la société de transports de Saint Etienne, a déposé un préavis de grève pour permettre aux chauffeurs de bus et de tram de manifester.Certaines informations avancent que des gilets jaunes pourraient marcher vers l’Elysée. Dans sa chronique pour Le Figaro, Eric Zemmour a décrit le mouvement du 17 novembre comme une « révolte » même si, pour lui, « le 17 novembre 2018 ne sera pas le 14 juillet 1789 ».

Ce 17 novembre partout dans l’hexagone, des stations-service, des routes, des ronds-points, des lieux stratégiques vont être bloqués par les gilets jaunes. Les services de secours demandent à ne pas être bloqués ce qui est tout à fait normal via l’intervention d’Eric Brocardi, de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

 

 

Eric Brocardi

« Nous, on est là pour continuer à faire nos interventions », rappelle le représentant des sapeurs-pompiers. « On fait une intervention toutes les 7 secondes. Chacun doit garantir le bon cheminement des secours. Les uns et les autres doivent faciliter notre passage », a-t-il rapporté.

 

Le mouvement est plus marqué à  droite (87 % des sympathisants de Debout la France et 84 % de ceux du Rassemblement national), mais il est aussi très soutenu à gauche (79 % des sympathisants socialistes, 75 % des Insoumis et même 74 % des écologistes d’EELV. On peu dores et déjà dire, que tous partis politiques peuvent s’unir dans un mouvement de masse contre une politique rejetée par les Français.

 

 

 

 

La Belgique n’est pas en reste, un blocage aussi à Namur.

Une dizaine de personnes bloquent le dépôt de la société distributrice de mazout, Proxifuel, à Wierde Namur. Les protestataires sont arrivés jeudi soir et ont passé la nuit sur place. Le blocage devrait se poursuivre toute la journée. La raffinerie de Feluy inaccessible pour les camions, plusieurs dizaines de personnes bloquaient également l’entrée du site de la raffinerie Total Petrochemical à Feluy. 

«La circulation est quelque peu ralentie à cet endroit», précise la bourgmestre. Les manifestants distribuent des tracts aux automobilistes qui passent par là,rapporte Le Soir.

 

« Il vient une heure où protester ne suffit plus. Après la philosophie, il faut l’action. » Victor Hugo.

 

Marlène Schiappa

«J’observe que le Parti socialiste se greffe à ce mouvement de la même façon que Marine Le Pen. C’est une nouveauté qui m’interpelle», rapporte Marlène Schiappa, dans l’émission «Dimanche en politique» sur France 3.