Une radio locale destinée aux jeunes femmes impliquées dans le commerce du sexe en République démocratique du Congo

« Ma mère et mon père ont été tués à la guerre et j’étais l’aînée de trois enfants. Je dois gagner de l’argent pour nourrir mes frères et pour qu’ils aillent à l’école », a déclaré une jeune femme lors d’une interview accordée à la radio communautaire Moanda.

 

Selon certaines informations, cette radio aurait aidé au moins une fille de la République démocratique du Congo (RDC) à mettre fin à ses activités dans le commerce du sexe.

 

La pauvreté est un facteur commun à tous les pays pour forcer les jeunes à devenir des travailleurs du sexe en limitant le nombre d’opportunités économiques disponibles. La radio locale soutenue par l’UNESCO a invité la jeune femme à discuter de cette question et des circonstances qui l’ont amenée à se lancer dans le commerce du sexe.

L’interview a été diffusée dans le cadre du programme régulier de la Radio communautaire Moanda « Portrait d’une femme ». Cette émission de radio révèle d’importants problèmes locaux par le biais d’entretiens personnels intimes avec des femmes de la communauté. La station a retracé l’histoire de cette jeune femme pour expliquer en quoi le commerce du sexe était le seul moyen de survie pour beaucoup.

 

 

Mirta Lourenço

« La pauvreté paralyse les sociétés et entrave les opportunités offertes aux jeunes », a déclaré Mirta Lourenço, responsable du développement des médias et société à l’UNESCO. « La radio locale peut aider en attirant l’attention sur les problèmes pressants auxquels elle est confrontée et en tenant la société responsable. »

 

 

La transmission de cet entretien a abouti à l’appel d’un auditeur, profondément touché par son histoire, qui lui a proposé un poste d’assistante commerciale dans son entreprise. Depuis, la jeune fille a accepté l’offre et ainsi pu se libérer de son emploi de travailleuse du sexe.

Selon une estimation récente de l’ONUSIDA, il y aurait environ 3 000 000 de travailleurs du sexe actifs en République démocratique du Congo (ONUSIDA, 2016. Fiches d’informations sur les pays, République démocratique du Congo), dont beaucoup seraient des jeunes sans-abri.

La radio communautaire Moanda, qui a diffusé l’interview, était l’une des quatre stations de radio locales de la phase I du projet de l’UNESCO « Renforcer les radios locales par le biais des TIC », avec le soutien de la Suède.

Le projet visait à améliorer les communautés et à relever les défis de la pauvreté et du développement en formant le personnel des radios locales à la résolution de problèmes d’intérêt local.

Cette initiative a permis de développer les compétences du personnel de la radio locale sur la manière de traiter les questions de genre et d’aider à éliminer les préjugés et les stéréotypes préjudiciables des médias. En intégrant une composante sexospécifique dans toutes ses activités, le projet a permis de renforcer l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes, conformément à l’ODD 5 (Objectif de développement durable 5) de l’ONU.