Une insurrection à l’échelle européenne est-elle envisageable ?

A l’heure actuelle des remous de révoltes résonnent partout en Europe. Est-il temps de s’en inquiéter ou bien s’agit-il  seulement des groupuscules qui se font entendre ?

 

Une partie de la population Allemande se lève pour dénoncer un pouvoir politique qui ne correspond plus à certaines attentes. Les gens se sentent  en insécurité et les crimes atteignent des proportions alarmantes. Tous les européens s’inquiètent de la tournure des événements et dans leur quotidien le font savoir via les réseaux sociaux qui sont encore des lieux où les gens peuvent s’exprimer.

Les sondages sont une chose et l’opinion publique de ces réseaux en est une autre.

Nous sommes aujourd’hui devant une situation plutôt délicate et sensible. D’un côté certains avancent une islamisation de l’Europe, qui est d’ailleurs reconnue par certains  musulmans dans bon nombre de déclarations par des personnes concernées qui ne s’en cachent pas, et de l’autre une montée de l’extrême droite.

 

 

 

 

On peut dire aujourd’hui, que plus il y a de crimes, de viols, d’assassinats contre des européens commis par des éléments étrangers vivants sur le territoire européen, plus les mouvement nationalistes vont prendre de l’ampleur. Plus on attise un feu et plus il grandit. On ne peut imaginer dores et déjà, où se situe la limite, si limite il y a.

En France un pourcentage important de la population rejette les directives gouvernementales, sur l’économie, le chômage et l’immigration pour ne pas les nommer toutes. Il est vrai que tout le monde ne peut être satisfait à son niveau et on ne peut pas satisfaire tout le monde. En France certaines personnes œuvrent ouvertement  pour  un changement radical, voire une destitution du président. Des voix s’élèvent ici et là, pour dénoncer un certain laxisme au sein du gouvernement.

Un article du Figaro rapporte en 2016

Quand le patron de la DGSI évoque un risque de «guerre civile»

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/06/21/01016-20160621ARTFIG00282-quand-le-patron-de-la-dgsi-evoque-un-risque-de-guerre-civile.php

Les jours avenir seront porteur si l’on en crois l’évolution politique en Europe d’inquiétudes certaines. L’organisation des Nations Unies qui a édité un dossier sur le remplacement de la population,  ( voir notre article), ne plait pas à tout le monde.

 

Voir l’article: migration de remplacementhttp://mediapress24.fr/index.php/2018/04/22/onu-le-rapport-officiel-sur-la-migration-2017-migration-de-remplacement/

 

Le problème est démographique et les Français ne font pas assez d’enfants, c’est rapporté dans le dossier. Notre population est vieillissante et malheureusement il n’y a plus assez de jeunes. Une des solutions serait d’encourager les Français à faire plus d’enfants en leur offrant des avantages certains. Les familles démunies qui se tournent vers l’avortement pour des raisons économiques qu’on peut comprendre, pourraient, si on leur donnait les moyens, agrandir leur famille et se tourner vers l’avenir. Nous somme dans le cadre d’un accompagnement.

 

Les transferts de populations issues d’Afrique, qu’ils soient migrants économiques ou bien suite à des conflits, représentent des sommes très importantes qui pourraient être allouées au développement familial dans notre pays et encourager les naissances, sans pour cela refuser d’aider ceux qui en ont vraiment besoin.

 

 

 

 

On ne peut pas arrêter totalement l’immigration, mais par contre on peut la réguler et accepter ceux et celles qui respectent le pays d’accueil.Tous les pays du monde reçoivent des migrants d’autres nations, mais dans des proportions raisonnables.

L’Europe est ce qu’elle est, un vieux continent avec ses traditions et sa générosité, mais aujourd’hui nous sommes devant des situations très délicates. Il en ressort que des pays comme la Hongrie, l’Italie et bien d’autres commencent à vouloir fermer leurs frontières et à dire stop à une immigration imposée par Bruxelles.

Une des solutions, serait comme le préconise certains Africains, c’est de réaliser des programmes d’aide dans les pays les plus en difficulté afin qu’il puissent garder leurs jeunes et que ces derniers participent activement au développement économique de leurs régions et faire profiter leurs pays de leurs richesses.

 

 

 

 

L’Europe n’est pas l’eldorado et sur le vieux continent les choses ne sont pas aussi faciles qu’on peut le penser au delà de la méditerranée, et même avec de la bonne volonté il va arriver un point où la situation sera bloquée faute de moyens et c’est à ce moment là que les choses pourraient se compliquer.

Une partie de la population Française est contre l’autre, la démocratie en prend un coup, et les jours à venir ne semblent pas porter un climat d’apaisement, bien au contraire. Certains parlent déjà  de guerre civile, d’insurrection et tout cela n’est pas fait pour rassurer, bien au contraire.

Personne ne souhaite en arriver à de telles extrêmes, et tout doit être fait pour l’éviter. C’est à chacun de prendre ses responsabilités et de comprendre les autres, car se cantonner sur ses positions sans aucunement prendre en considération celles des autres, n’est pas la bonne solution, car c’est aller droit dans le mur.