Cuba élimine le communisme de sa constitution

Cuba élimine le mot « communisme » dans son avant-projet de réforme constitutionnelle. Le nouveau texte ne mentionne que le « socialisme » et supprime l’objectif de « l’avancée vers la société communiste » qui apparaît dans la Constitution actuelle de 1976

 

Le régime cubain a décidé de dire officiellement adieu au communisme. Le concept a été éliminé dans l’avant projet de réforme constitutionnelle en cours, comme l’ ont avancé ce samedi le média officiel de l’île. Immergé dans un processus de libéralisation contrôlée du modèle économique, le gouvernement de  Cuba inclus dans le nouveau texte reconnaissant la propriété privée qui est clairement  la référence à l’ idéologie communiste, bien explicite que le socialisme reste la politique de l’ État.

La Constitution actuelle, de 1976 et écrite à l’image et à la ressemblance du bloc socialiste, inclut dans son article 5 l’objectif de «progrès vers la société communiste».

 

 

 

Président de l’Assemblée nationale, Esteban Lazo

Avec la réforme constitutionnelle, cette idée disparaîtrait. Un changement d’une énorme importance historique que le gouvernement présente comme une simple adaptation du langage à la nouvelle phase de la continuité révolutionnaire. « Cela ne signifie pas que nous renonçons à nos idées, mais dans notre vision, nous pensons à un pays socialiste, souverain, indépendant, prospère et durable », a déclaré vendredi le président de l’Assemblée nationale, Esteban Lazo.

 

 

 

 

Le parlement cubain unicaméral a ouvert samedi une session qui se poursuivra jusqu’à lundi et dans laquelle les députés débattront du texte de la réforme pour l’approuver et la soumettre à la consultation populaire.

Idéologiquement, Cuba restera dans la situation paradoxale de se détacher de l’idée de communisme dans sa Constitution tout en reconnaissant comme le plus haut organe dirigeant du pays le Parti communiste de Cuba. 

Le projet de réforme, selon le journal gouvernemental Granma, « ratifie le caractère socialiste de la Révolution et le rôle dirigeant du Parti » et « l’irréversibilité du modèle politique et économique ».