Près de 300 crocodiles massacrés pour venger la mort d’un voisin en Indonésie

Plusieurs parents et amis de la victime tuent les reptiles d’une écloserie avec des objets pointus, des marteaux, des blocs de bois et des pelles.

 

Plusieurs voisins de Sorong, une ville de Papouasie occidentale en Indonésie ont tué 292 crocodiles d’une écloserie dans la région, selon des sources officielles rapportées lundi.

Leur objectif était de venger la mort d’un voisin victime d’un des reptiles. L’homme, 48 ans, est entré accidentellement dans l’enceinte vendredi dernier alors qu’il coupait de l’herbe pour son bétail et qu’il est tombé dans un étang. Il est mort suite à l’attaque d’un crocodile. 

Le jour suivant, après les funérailles de la victime, des membres de sa famille et d’autres habitants de Sorong, une ville portuaire d’un peu plus de 200 000 personnes, se sont rendus à la police pour se plaindre. La présence d’une ferme de reptiles si près d’un quartier résidentiel ne leur semblait pas normal.

Les officiers leur ont expliqué que le propriétaire était prêt à indemniser la famille du défunt. ( comme si on pouvait avec de l’argent, remplacer la vie d’un être humain innocent ). Mais pour eux ce n’était pas suffisant. Par conséquent, ils sont allés à la ferme et tué tous les crocodiles trouvés « avec des objets pointus, des marteaux, des blocs de bois et des pelles », comme l’a expliqué le chef de la conservation de l’agence des ressources naturelles en Papouasie occidentale.

Manullang a critiqué l’événement et a déclaré que « le meurtre de crocodiles viole la loi sur la protection de la propriété ». La ferme, comme il l’a prétendu, avait des permis officiels pour fonctionner:

« La tuerie des crocodiles était clairement contraire à la loi. » La majorité des reptiles abattus, mesurant entre 10 centimètres et 2 mètres de long, étaient des progénitures. 

La police et les membres d’associations d’animaux ont essayé d’éviter le massacre. Mais, selon les sources officielles, c’était impossible parce qu’il y en avait trop. « Les crocodiles sont des créatures de Dieu et doivent être protégées a expliqué Manullang. Quand à l’homme dévoré, peu semblent s’en soucier…