Evasion spectaculaire de Rédoine Faïd par hélico de la prison de REAU

Un prisonnier a réussi à filmer l’arrivée de l’hélicoptère et l’attaque.

 

 Le centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a servi de lieu d’échange de véhicules et la Renault Mégane y a été abandonnée pour un utilitaire, selon les témoins sur place.

 

Les malfaiteurs ont tronçonnés à la disqueuse les barreaux du parloir qui les séparait du détenu.Ils en ont profité pour semer la panique en jetant des fumigènes.Immédiatement les services concernés ont déclenché le plan épervier pour retrouver les personnes incriminées.

L’attaque s’est faite à l’aide d’Ak 47 et les malfaiteurs portaient des brassards de la police.

 

 « Ce matin, le détenu Redouane FAID s’est évadé du centre pénitentiaire sud francilien de Réau. Un commando armé s’est posé en hélicoptère dans la cour d’honneur alors que le détenu se trouvait au parloir. L’évasion a duré quelques minutes seulement. Il n’y a pas de blessé ni d’otage. Le parquet a été saisi et les dispositifs de recherche ont été mis en place » (communiqué du Ministère de la Justice)

 

 

Le pilote de l’hélicoptère a été, comme c’est souvent le cas, pris en otage par trois malfaiteurs sous la menace de leurs armes, dans le petit club situé à La Ferme d’Arcy (Seine-et-Marne) à environ 30 kms de la prison.

 

 

 

 ÉVASION de Rédoine Faid à la prison de Réau

 

 

La cour d’honneur de la prison de Réau, où s’est posé l’hélicoptère, ne dispose pas de filets empêchant un appareil de se poser et n’est pas à la vue des miradors.

 

 Rédoine Faïd se trouvait au parloir, avec son frère Brahim, lorsque l’évasion a eu lieu. (sources concordantes. Fort heureusement aucun blessé n’est à déploré dans cette attaque. Les malfaiteurs ont posé leur hélicoptère à Gonesse (Val d’Oise) avant dde l’incendier et de s’échapper en voiture. Rédoine n’en n’est pas à son coup d’essai car en 2013 il s’état déjà évadé de la prison de Sequedin.

 

Rédoine Faïd avait aussi été condamné en 2018  après un braquage raté en 2010, où la policière Aurélie Fouquet avait été abattue  par balles. L’individu avait écopé de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Paris en appel.