2017: Une année record pour les crises complexes, l’insécurité alimentaire et l’escalade des conflits

Lancé le 11 Juin, le rapport annuel d’OCHA souligne comment elle coordonne la réponse autour du globe pour soulager la souffrance.

 

 Le rapport dresse le bilan des actions et des activités en 2017, en soulignant le rôle de l’OCHA, des États membres et des autres partenaires des Nations Unies et de la société civile pour garantir que les personnes les plus vulnérables reçoivent une aide humanitaire de qualité.

Le rapport décrit également le processus de restructuration au sein d’OCHA, qui a aidé l’organisation à se recentrer sur son mandat principal en faisant moins, mais en le faisant mieux. Le processus de changement a pour but de rassembler le meilleur pour aider les partenaires humanitaires à sauver et à protéger des vies.

 

 

 

 

 

 

Au début de 2017, plus de 128 millions de personnes avaient besoin d’aide humanitaire dans 33 pays. À la fin de l’année, ce nombre était passé à 141 millions. Cela était dû aux crises complexes prolongées, à l’escalade des conflits dans plusieurs pays, à la vulnérabilité induite par le changement climatique et à une série de catastrophes naturelles.

L’OCHA a lancé un appel de 22,2 milliards de dollars le plus grand appel humanitaire jamais lancé  et a relevé le défi en aidant les plus vulnérables et en les protégeant contre la famine, les maladies, les ouragans, les conflits et autres catastrophes.

En 2017, le système d’aide humanitaire a traité quatre situations d’urgence de niveau 3 (RDC, Iraq, Syrie et Yémen) et quatre situations d’urgence (crise des Rohingyas, Éthiopie, Nigéria et Somalie)

 

 

 

En réponse à l’appel urgent lancé par le Secrétaire général des Nations Unies pour lutter contre la famine dans le nord-est du Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, OCHA et ses partenaires, avec l’appui de donateurs généreux, ont contribué à éviter la famine. 20 millions de personnes dans ces quatre pays.

 

OCHA a mobilisé des fonds, y compris des montants records, à travers les fonds communs qu’elle gère Pooled Funds et Central Emergency Response Fund et a fait pression pour améliorer l’accès aux personnes victimes de crises prolongées dans des pays tels que la République centrafricaine et le lac Tchad. Bassin, Syrie et Yémen.