Bruxelles veut interdire la paille plastique et les écouvillons pour réduire les déchets en mer

La Commission européenne a présenté aujourd’hui à Bruxelles des mesures visant à réduire la pollution des mers et des océans, notamment en interdisant l’utilisation du plastique dans des produits tels que les écouvillons, la coutellerie, la paille et les ballons, entre autres.

 

Ces produits représentent 70% des déchets marins dans l’Union européenne (UE).

Selon un communiqué de presse, dans les cas où des solutions de rechange facilement disponibles et abordables sont disponibles, les produits en plastique jetables seront interdits sur le marché.

L’interdiction s’appliquera aux cotons-tiges, aux couverts, à la vaisselle, aux pailles, aux agitateurs à boissons et aux ballons en plastique, qui doivent tous être fabriqués exclusivement à partir de matières premières plus durables.

D’un autre côté, les récipients à boisson jetables en plastique ne seront autorisés sur le marché que si leur capsule reste attachée au récipient.

La proposition de Bruxelles stipule en outre que les États membres devront réduire l’utilisation de plastiques dans les récipients jetables pour les aliments et les boissons en fixant des objectifs nationaux de réduction, en fournissant des produits de remplacement au point de vente ou en veillant à ce que Les produits en plastique jetables ne peuvent pas être fournis gratuitement.

Les États membres devront également proposer que la Commission européenne collecte 90% des bouteilles de boissons en plastique jetables d’ici 2025, par exemple au moyen de systèmes de remboursement des dépôts, en tant que redevances récupérables.

Les producteurs devront contribuer aux coûts de la gestion et du nettoyage des déchets, ainsi que des mesures de sensibilisation aux contenants alimentaires, à l’emballage et à l’emballage (p. Ex., Croustilles et friandises), contenants de boissons. , produits du tabac (filtres à cigarettes), lingettes humides, ballons et sacs en plastique légers.

Il y aura également des incitations pour que l’industrie développe des alternatives moins polluantes à ces produits.

Les propositions de la Commission seront maintenant transmises au Parlement européen et au Conseil pour adoption. La Commission exhorte les autres institutions à traiter ce dossier en priorité et à garantir des résultats tangibles pour les Européens avant les élections de mai 2019.