Le changement climatique menace les zones de protection marine

Selon une étude publiée dans la revue Nature, la majeure partie de la vie marine dans les zones protégées ne pourra tolérer une augmentation de la température des océans causée par les émissions de gaz à effet de serre.

 

Les aires marines protégées ont été établies pour protéger la vie marine comme les ours polaires, les pingouins et les récifs coralliens  des effets de la pêche et d’autres activités telles que l’extraction de minéraux et de pétrole, ajoute l’analyse de l’Université de Caroline Nord (États-Unis)

 

L’étude indique que, d’ici à 2100, le réchauffement et la réduction des concentrations d’oxygène rendront ces aires protégées inhabitables pour la plupart des espèces qui y résident actuellement.

L’analyse prédit que les températures dans ces régions augmenteront d’environ 2,8 degrés Celsius d’ici 2100. Selon les experts, ce réchauffement rapide et extrême dévastera les espèces et les écosystèmes actuellement situés dans ces zones.

La gravité de cette situation, il serait l’extinction de certains des animaux uniques dans le monde et la perte de la biodiversité, tout aura un impact négatif sur les activités telles que les revenus de la pêche et du tourisme.

 

 

 

 

« Avec un réchauffement de cette ampleur, nous nous attendons à perdre beaucoup, sinon la plupart, des espèces animales des aires marines protégées au tournant du siècle », a déclaré John Bruno, auteur principal de l’analyse et écologiste marin.

On estime qu’il existe environ 8 236 zones protégées dans le monde, soit à peine 4% de la surface de l’océan.

Les zones protégées dans l’Arctique et l’Antarctique sont celles qui chaufferont le plus rapidement, ce qui menacera de nombreux mammifères marins tels que les ours polaires et les pingouins.