Tests de cosmétiques sur les animaux: les députés demandent une interdiction mondiale

Il y a 80% des pays qui autorisent encore l’expérimentation des cosmétiques sur les animaux
L‘interdiction de l’UE n’a pas mis en péril la croissance de l’industrie cosmétique
Les députés appellent à une convention de l’ONU

 

White rabbit in scientific lab experiment ©AP Images/European Union-EP   
Les tests de cosmétiques sur les animaux sont interdits dans l’UE

L’UE devrait lancer une campagne diplomatique pour une interdiction mondiale de l’expérimentation animale dans les cosmétiques d’ici 2023, a exhorté le Parlement européen jeudi.

Au sein même de l’UE, la vente de tous les produits cosmétiques testés sur les animaux est interdite depuis 2013.

 

Les députés soulignent que cela n’a pas empêché l’industrie cosmétique de l’UE de prospérer et de représenter environ deux millions d’emplois.

Toutefois, environ 80% des pays dans le monde autorisent encore l’expérimentation animale et la commercialisation de produits cosmétiques testés sur des animaux. Les députés notent également que des lacunes sont apparues dans le système européen, certains cosmétiques étant testés sur des animaux en-dehors de l’UE avant d’être testés à nouveau dans l’UE, avec des méthodes alternatives, puis vendus sur le marché de l’Union.

 

 

 

 

Ils notent également que la plupart des ingrédients des produits cosmétiques sont également utilisés dans de nombreux autres produits, tels que les produits pharmaceutiques, les détergents ou les aliments, et peuvent donc avoir été testés sur des animaux en vertu de différentes législations.

 

L’absence de données fiables sur les produits cosmétiques testés sur des animaux puis importés dans l’UE reste également un problème grave. L’UE devrait également s’assurer qu’aucun produit mis sur son marché n’a été testé sur des animaux dans un pays tiers, ajoutent-ils.

 

Afin de parvenir à une interdiction mondiale de l’expérimentation animale pour les cosmétiques et du commerce des ingrédients cosmétiques testés sur les animaux, les députés appellent les dirigeants de l’UE à utiliser leurs réseaux diplomatiques pour construire une coalition et à lancer une convention internationale dans le cadre des Nations unies contre l’utilisation d’animaux pour tester les cosmétiques. L’interdiction au niveau mondial devrait entrer en vigueur avant 2023, disent-ils.

 

Ils veulent également s’assurer que l’interdiction de l’UE ne soit pas affaiblie par les négociations commerciales en cours ou par les règles de l’Organisation mondiale du commerce.

 

La résolution a été adoptée par 620 voix pour, 14 contre, avec 18 abstentions.

 

Contexte

 

Selon le sondage Eurobaromètre spécial n°442 de mars 2016, 89% des citoyens de l’Union européenne s’accordent à dire que l’UE devrait faire plus pour promouvoir une plus grande sensibilisation à l’importance du bien-être animal au niveau international. 90 % des citoyens européens estiment qu’il est essentiel d’établir des normes élevées en matière de bien-être animal qui soient reconnues à travers le monde.