Dajabón : le pilier du commerce avec Haïti, avec une économie pauvre

Dajabón est la province frontalière où se trouve le plus grand flux de marchandises exportées vers Haïti, un marché qui se déplace autour d’un milliard de pesos par an.

 

 

 Cette connexion stratégique a permis le développement d’activités commerciales, la moitié de sa population vit encore dans la pauvreté et 41% n’ont pas répondu à leurs besoins fondamentaux. 

Dans la municipalité de Restoration, la pauvreté dépasse les indices provinciaux, puisque 78,7% de la population vit dans cette situation, et une situation similaire touche 67,7% des résidents du district municipal de Santiago de la Cruz. 

 

 

Frontière entre les deux pays

 

 

De même, 12,8% n’ont pas de service d’eau potable dans leurs maisons, 15% n’ont pas d’électricité et 32% manquent de service sanitaire.

Cette démarcation partage avec les autres populations de cette bande, les asymétries économiques qui caractérisent la République dominicaine, puisque la génération de richesse est concentrée dans les régions du Sud-Est et du Nord où se trouvent le plus grand nombre d’industries et de sociétés de services. 

Bien qu’inclus dans la loi 28-01, sur la zone spéciale de développement frontalier, ce régime incitatif n’a pas été suffisant pour attirer les investissements, puisque de toutes les entreprises installées dans le pays à Dajabón, il y a à peine 0,4%, selon données de l’Office national des statistiques. 

L’agriculture a un poids important dans l’économie de la province, en particulier pour la culture des bananes biologiques exportées vers l’Europe et les États-Unis.

 

 

 

 

Un plan stratégique pour le Développement Economique Local de Dajabón, préparé par l’Institut Technologique de Monterrey, pour le Ministère de l’Economie, de la Planification et du Développement, sont présentés les domaines nécessitant plus d’investissements: le secteur agricole et le secteur du bois. 

En ce qui concerne l’agriculture, l’étude suggère de soutenir la culture des mangues et l’élevage de produits laitiers. 
En ce qui concerne le secteur du bois, la proposition vise la municipalité de la Restauration, où plusieurs projets forestiers peuvent être modernisés et, à leur tour, générer plus d’emplois dans la municipalité la plus pauvre de Dajabón. 

Les obstacles au développement dans l’étude susmentionnée, indiquent que cette province fait face à une série de défis qui nécessitent l’intervention du gouvernement central.

 

 

 

Des vols de bétail, la migration irrégulière a un impact négatif sur la sécurité, la corruption entrave le commerce et les taux d’intérêt élevés des prêts dans le secteur agricole. 
« La menace de l’ industrie se trouve pas à la frontière et cherchent à éliminer l’incitation de la loi 28-01, l’ insécurité qui entrave le commerce, l’ électricité insuffisante, et le manque d’industrialisation pour optimiser le secteur du bois. »