Journée de la liberté de la presse 2018 : Le monde est-il de plus en plus dangereux pour les journalistes?

Il n’y a pas de démocratie sans liberté de la presse. Même si l’Europe est considérée comme un bastion de la liberté de la presse, la situation s’aggrave.

 

L’animosité envers les journalistes est en augmentation et est même parfois ouvertement encouragée par les dirigeants politiques selon le rapport de Reporters sans frontières. 

De plus en plus de dirigeants démocratiquement élus dévalorisent le rôle des médias dans une société démocratique et les voient même parfois comme des opposants, n’hésitant pas s’exprimer violemment à leur égard, dit le rapport. 

 

L’Europe est normalement une région dans laquelle la liberté de la presse se porte bien. Cela dit, cette année, quatre des plus grosses dégringolades dans le classement de Reporter sans frontières sont des pays européens : Malte (- 18 places, 65ème), la République tchèque (- 11 places, 34ème), la Serbie (- 10 places, 76ème) et la Slovaquie (-10 places, 27ème). Toutefois, trois des cinq pays les mieux classés sont la Suède, les Pays-Bas et la Finlande.  

 

Classement de la liberté de la presse 2018*

TOP 5 Classement en 2017 Classement en 2018
Norvège 1 1
Suède 2 2
Pays-Bas 5 3
Finlande 3 4
Suisse 7 5

Ce classement met en lumière l’influence puissante des dirigeants « forts » tels que Vladimir Poutine en Russie (148ème) et Xi Jinping en Chine (176ème) qui censurent les voix indépendantes et qui contrôlent l’information. La guerre a aussi une influence importante sur la liberté de la presse. Cette année, l’Irak (- 2 places, 160ème) a rejoint la pire catégorie du classement. Jamais autant de pays (22) n’en avaient fait partie.

 

 

Répartition des pays en fonction de leur situation dans le Classement*

Bonne situation 9%
Situation plutôt bonne 17%
Problèmes significatifs 35%
Situation difficile 27%
Situation très grave 12%

 

En l’espace de 5 mois, l’Europe a perdu 2 journalistes. En effet, en octobre dernier, Daphne Caruana Galizia, une journaliste d’investigation maltaise a été tuée dans l’explosion de sa voiture. En février de cette année, le journaliste slovaque Ján Kuciak et sa fiancée Martina Kušnírová, ont été assassinés. Une preuve indéniable que la liberté de la presse ne peut être considérée comme acquise en Europe. 

 

Journalistes assassinés ou emprisonnés en 2018*

                                                                                                                                      Les chiffres2018
                                                             ont été tués                                                 sont emprisonnés 
       12 journalistes             4 journalistes citoyens              2 collaborateurs         177 journalistes            126 journalistes citoyens             5 collaborateurs

 

Les députés voteront le 3 mai sur une résolution non législative sur le pluralisme, l’indépendance et la liberté des médias rédigée par Barbara Spinelli, députée italienne membre de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique. Parmi de nombreuses propositions, la résolution appelle à la création d’un organisme de régulation indépendant, mis en place en coopération avec des organisations de journalistes, afin d’enregistrer et de signaler les violences et les menaces.