NIGERIA : assassinat de deux prêtres catholiques et de 16 fidèles dans une église

Le PRÉSIDENT Muhammadu Buhari a décrit comme méprisable et satanique le meurtre horrible des prêtres catholiques et des fidèles à l’église catholique St. Ignatius dans la communauté d’Ukpor -Mbalom dans le gouvernement local de Gwer East de l’Etat de Benue.

Le président Buhari a également déclaré que l’action des meurtriers était sacrilège dans une déclaration de son conseiller spécial sur les médias.

Le chef Femi Adesina à Abuja mardi, a déclaré que ceux qui sont derrière la loi seraient attrapés  pour faire face aux conséquences de leur acte pervers.  Il a déclaré aussi : « Je présente mes sincères condoléances au gouvernement et au peuple de Benue, à la communauté Mbalom, et spécialement à l’évêque, aux prêtres et aux membres de l’Eglise catholique Saint-Ignace, dont les locaux ont été le lieu de meurtres odieux. 

« Cette dernière agression contre des personnes innocentes est particulièrement méprisable.

Violer un lieu de culte, tuer des prêtres et des fidèles n’est pas seulement ignoble, diabolique et satanique, il est clairement conçu pour attiser les conflits religieux et plonger nos communautés dans une saignée sans fin.

 » Soulignant que le pays ne se pliera pas aux machinations des malfaiteurs, le président Buhari a juré que les assaillants seraient traqués et obligés de payer pour le sacrilège commis.

Joseph GOR

Le diocèse catholique de Makurdi a confirmé l’assassinat de deux de ses prêtres, les pères Joseph Gor et Felix Tyolaha, lors d’une attaque de bonne heure contre la paroisse St Ignatius Quasi, Ukpor, Mbalom dans le conseil du gouvernement local de GueW.

 

Selon une déclaration de son directeur des communications, le pasteur Moses Iorapuu, rapporte que  les attaques ont été perpétrées par des bergers qui ont pris d’assaut la communauté de Mbalom et tué les deux prêtres pendant la messe du matin à l’église.

Le diocèse a regretté l’attitude nonchalante des agences de sécurité pour contenir les tueries. Il a déclaré que les bergers, qui ont pris d’assaut la communauté, ont incendié des maisons, détruit des récoltes et tué des gens.

L’église, par conséquent, a exhorté les autorités compétentes à arrêter les tueries dans la vallée de Benue. M. Iorapuu a indiqué que le Diocèse avait fourni des vivres et du matériel de secours aux déplacés internes depuis le début des hostilités dans l’Etat et se demandait pourquoi il pourrait être marqué comme une cible d’attaques.

 

« L’attaque contre les prêtres est une attaque contre tout ce pour quoi nous avons toujours cru. » Pendant ce temps, les efforts concertés pour obtenir la réaction du commandement de la police de Benue ont échoué, car son agent des relations publiques, l’ASP Moïse Yamu, n’a pas fait de remarques.

Rev. Fr. Gor avait avant l’attaque écrit sur Facebook; « Vivre dans la peur. Les bergers fulani sont toujours autour de nous à Mbalom. Ils refusent d’y aller. Ils vont toujours autour de nous. Pas d’armes il faut dépendre de nous-mêmes « . Les bergers dans les premières heures de la matinée ont attaqué une église catholique et les paroissiens qui sont allés à 5 h 30 à la messe. Des rapports indiquent que les corps des morts ont été emmenés à l’hôpital Sainte-Thérèse de Makurdi.