DOUMA : tirs sur des inspecteurs de l’ONU. Report de la mission

L’équipe de l’ONU qui a dû procéder à des vérifications concernant les conditions de sécurité à Douma, a été la cible de coups de feu hier lors d’une mission de reconnaissance.

 

 L‘inspection avait pour but de permettre aux inspecteurs de l’OPAC qui se déplacent en coordination avec l’ONU, d’atteindre aujourd’hui la banlieue est de Damas et de commencer à enquêter sur l’attaque chimique alléguée du 7 avril.

 « Des coups feu ont été tirées sur l’équipe de reconnaissance à Douma hier », a déclaré un responsable de l’ONU: « Personne n’a été blessé et tous sont retournés à Damas ». Les auteurs des tirs n’ont pas été identifiés. 

Lundi, l’envoyé russe à l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques a évoqué des «problèmes de sécurité», en particulier sur la route qui minée. Mais l’endroit avait déjà été gardé par la police militaire russe pendant une semaine et les puissances occidentales ont fait pression pour l’accès immédiat à « tout Douma ». 

Pour faciliter le travail des inspecteurs, les volontaires de la fin de la Défense civile syrienne à l’opposition, ont donné les coordonnées du raid chimique présumé qui aurait eu lieu près de la place des Martyrs de Douma et à proximité d’une boulangerie. Aussi lundi l’émissaire américain avait exprimé des craintes OPAC que la Russie modifier le site pour cacher les preuves et la pression occidentale a été ajouté la voix de la France.

Emmanuel Macron a également exprimé ses inquiétudes et le ministère des Affaires étrangères de Paris a réitéré que leur arrivée était nécessaire « avant que la preuve ne disparaisse ». Les inspecteurs prélèveront des échantillons de sol et essaieront d’examiner les victimes encore en vie et peut-être les corps de ceux qui sont morts, même s’il leur est très difficile de les retrouver.