NARBONNE : saisie de 2.9 tonnes de cannabis sur l’autoroute A9

Les agents de la brigade des douanes de Narbonne et les agents de la brigade scanner mobile spécial de la douane, ont procédé, dans la soirée du 2 avril, à la saisie de 2 895 kg de cannabis.

 

C‘est dans un camion immatriculé en Espagne et se dirigeant vers la région parisienne, que les narcotiques ont été trouvés. Il s’agit de la plus importante saisie de cannabis réalisée par les services douaniers depuis le début de l’année.

En contrôle dynamique sur l’A9, les agents de la brigade des douanes de Narbonne sélectionnent un camion immatriculé en Espagne pour l’escorter aux fins de contrôle vers l’aire de repos où est stationné l’un des camions scanners de la douane.

Supposée transporter 15 tonnes d’oranges et laitues, la remorque frigorifique est radiographiée.

Alors que les techniciens du scanner analysent les clichés et notent de nettes différences de densité dans le chargement, le chien de service, GEFF, effectue un marquage actif au niveau de l’avant de la remorque frigorifique. 

Les douaniers décident de contrôler le chargement et réalisent une tranchée pour accéder au niveau de la troisième palette. Sous deux cartons de salades, puis des caisses vides, ils trouvent des valises de type « marocaines » contenant la résine de cannabis.

Le chauffeur, un homme de nationalité espagnoleest interpellé et remis au SRPJ de Perpignan sur instruction du TGI de Narbonne, qui s’est dessaisi du dossier au profit de la JIRS de Marseille. Les 2 895 kg de cannabis, les 15 tonnes de fruits et légumes, le tracteur et sa remorque sont saisis par la douane.

En 2017, la douane française a saisi 46,1 t de cannabis sur le territoire national (+ 31,3 %).

Elle oeuvre plus particulièrement au démantèlement des filières et réseaux de criminalité organisée. Elle dispose de quatre camions scanners mobiles, en appui de ses brigades de contrôle, qui permettent de vérifier la nature d’un chargement commercial sans avoir à le décharger.

« La douane peut ainsi assurer ses missions de contrôle et de protection en minimisant le temps d’immobilisation des marchandises : 3mn14s en moyenne en 2017, contre 13 minutes en 2004. » a souligné Gérald Darmanin, rappelant que « La douane est une administration soucieuse de l’attractivité de notre territoire pour les opérateurs légitimes du commerce international ».