Scandale écologique. l’île touristique de Boracay ferme pendant six mois

La fermeture de Boracay a été ordonnée par le président Duterte après qu’il ait été indigné par des «violations environnementales».

 

Les autorités des Philippines fermeront la plus célèbre île de vacances Boracay aux touristes pendant six mois afin de la nettoyer après des craintes que le développement rapide et la pollution menacent ses rives idylliques.

 

 

 

 

Le président philippin  Rodrigo Duterte  a ordonné la fermeture de l’île le 26 avril, a annoncé mercredi le porte-parole du président, Harry Roque.

 

Harry Roque

 

L’île, dont les revenus représentent 20% de l’industrie touristique totale du pays, sera interdite aux visiteurs pendant le nettoyage.

Une île qui rapporte gros

« Boracay est connu comme le paradis de notre nation et cette fermeture temporaire est destinée à assurer que les prochaines générations en feront aussi l’expérience », a déclaré Roque aux journalistes.

 

 

 

 

La fermeture, cependant, touchera au moins 15 000 travailleurs sur l’île. « De plus, rien ne garantit qu’il y aura encore un emploi ou une entreprise dans six mois », a déclaré le porte parole..

« Plusieurs environnementalistes louent les actions de Duterte, en disant que ce qu’ils veulent maintenant, c’est s’assurer que la question de la durabilité soit au premier plan de la discussion quand il s’agit de préoccupations environnementales », a-t-elle ajouté.

Plus de 2.000.000 de touristes venus sur l’île 

Boracay est devenu une destination touristique populaire en 2010 et a depuis lors atterri sur les couvertures et les listes de magazines de voyage. Près de deux millions de touristes ont visité l’île en 2017. Le boom touristique de Boracay a créé des emplois et des investissements, mais a mis à rude épreuve les systèmes d’évacuation de l’eau et des ordures de l’île ainsi que son réseau d’égouts.

 

 

 

 

Des travaux importants vont être mis en oeuvre

Lors d’une étude des installations d’assainissement de l’île réalisée en février dernier, la grande majorité des propriétés résidentielles et commerciales, 716 sur 834, n’avaient pas de permis de rejet et drainaient vraisemblablement les eaux usées directement dans la mer, selon un rapport. par l’Agence de presse officielle des Philippines.

Après une visite sur l’île en février, le président Duterte a déclaré que Boracay devait être nettoyé après avoir été déclaré indigné par des « violations environnementales ».

« Tant qu’il y aura de la  ….. dans ces tuyaux, je ne vous donnerai jamais le temps de retourner sur l’île », a déclaré Duterte, avec son franc parlé.

 

L’île abrite environ 500 entreprises liées au tourisme, qui ont généré un chiffre d’affaires annuel de 1,07 milliard de dollars en 2017.

La Chambre de commerce et d’industrie de Boracay a demandé à Duterte de reconsidérer la fermeture, arguant que toutes les entreprises n’étaient pas des contrevenants et que seules les entreprises jugées polluantes devaient être fermées.

 

 

 

 

La population de Boracay est d’environ 40 000 personnes, dont la plupart dépendent du tourisme et luttaient pour joindre les deux bouts avant même que Duterte n’intervienne.

En raison de la fermeture, plus de 36 000 emplois seront touchés et les pertes devraient avoisiner 1 milliard de dollars, selon les données fournies par Boracay Foundation Inc, une association commerciale sur l’île.

19 000 autres travailleurs  tels que des masseuses de plage, des tatoueurs et des vendeurs  seraient touchés par la fermeture temporaire. Une catastrophe écologique suivie d’une catastrophe économique. Que décidera le président ?