Affrontements mortels à la frontière Gaza-Israël : le chef de l’ONU demande une enquête indépendante

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé vendredi à une enquête indépendante et transparente sur les affrontements mortels qui se sont produits à Gaza près de la frontière avec Israël.

 

Ces affrontements entre les Palestiniens participant à la ‘Grande marche du retour’ et les forces de sécurité israéliennes ont fait au moins quinze morts et un grand nombre de blessés.

L’appel à enquêter du chef de l’ONU est intervenu alors que le  Conseil de sécurité  tenait une réunion d’urgence sur les incidents mortels à Gaza. 

 

Mr Antonio Guterres

Par la voie de son porte-parole adjoint, M. Guterres a également appelé les personnes concernées à « s’abstenir de tout acte susceptible d’entraîner de nouvelles victimes et, en particulier, de prendre des mesures susceptibles de mettre en danger les civils ».

 

La veille, avant la marche et les manifestations prévues à Gaza, le Coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, avait exhorté  toutes les parties à faire preuve de retenue et à prendre les mesures nécessaires pour éviter une escalade violente.

 

 

 

Pour le chef de l’ONU, « cette tragédie souligne l’urgence de revitaliser le processus de paix en vue de créer les conditions d’un retour à des négociations constructives pour une solution pacifique permettant aux Palestiniens et aux Israéliens de vivre côte à côte pacifiquement et en toute sécurité », a souligné son porte-parole adjoint.

« Le Secrétaire général réaffirme que l’ONU est prête à soutenir ces efforts ».

 

Le Conseil de sécurité réuni d’urgence vendredi soir

 

M. RYAD H MANSOUR

 

A la demande du Koweït, le Conseil de sécurité s’est réuni d’urgence vendredi soir sur la situation à Gaza. Une réunion à laquelle a participé l’Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, Riyad H. Mansour.

 

 

Intervenant devant le Conseil, le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, Tayé-Brook Zerihoun, a déclaré qu’environ 30.000 personnes ont participé à la ‘Grande marche du retour’ dans différents lieux de Gaza.

 

 

 

Peu après le début des manifestations, la situation s’est détériorée à plusieurs endroits. De nombreuses personnes ont été blessées par des balles réelles utilisées par les forces de sécurité israéliennes lors de la marche, mais aussi à la suite d’affrontements armés entre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes, y compris le pilonnage d’un point d’observation du Hamas.

 

M. Zerihoun a déclaré que les rapports indiquent que la plupart des manifestants sont restés loin de la barrière frontalière et ne se sont pas livrés à des violences. « Cependant, il y a aussi des rapports que certains manifestants se sont livrés à des jets de pierres et à des comportements violents; certains auraient porté des armes ».

 

 

 

Le Sous-Secrétaire général a déclaré au Conseil que, d’après les informations fournies par les forces de sécurité israéliennes, des militants avaient essayé de franchir la clôture et de tenter de planter des explosifs.

 

 

Les Palestiniens auraient également envoyé une fillette de neuf ans à travers la clôture, mais les forces israéliennes ont pu la renvoyer en toute sécurité. Des dirigeants du Hamas étaient également présents à certaines rassemblements.

 

Cisjordanie : 27 Palestiniens blessés dans des affrontements près de Naplouse

Des violences ont également éclaté en Cisjordanie, où environ 900 Palestiniens ont manifesté, principalement dans des villes du centre de la Cisjordanie telles que Ramallah et Hébron. Selon le Croissant-Rouge, 27 Palestiniens ont été blessés dans des affrontements près de Naplouse, a dit M. Zerihoun.

 

 

« Avant la Marche, Israël avait augmenté ses forces le long de la frontière, déployant des tireurs d’élite, des unités spéciales et des drones, et envoyé des avertissements pour empêcher toute violation de la frontière ou violation de la souveraineté d’Israël », a noté M. Zerihoun.

Tout au long de la journée, le Bureau du Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, connu sous le nom d’UNSCO, a été en contact avec les forces de sécurité palestiniennes et israéliennes.

 

 

M. Zerihoun

« Il y a des craintes que la situation ne se détériore dans les prochains jours », a déclaré M. Zerihoun, affirmant au Conseil que l’ONU continuerait de souligner que les civils ne devraient pas être pris pour cible et que tous les acteurs s’abstiennent de mettre les enfants en danger.

 

Le Sous-Secrétaire général a également appelé Israël à s’acquitter de ses responsabilités en vertu du droit international, en soulignant que la force létale ne devrait être utilisée qu’en dernier recours, et que tout décès qui en résulterait ferait l’objet d’une enquête appropriée de la part des autorités.

 

« Les événements qui se sont déroulés aujourd’hui à Gaza rappellent douloureusement les conséquences de l’absence de paix entre Israël et la Palestine et la nécessité de redoubler d’efforts pour parvenir à un règlement pacifique du conflit », a conclu M. Zerihoun