Les USA et l’UE expulsent plus de 100 diplomates russes dans l’affaire Skripal

Trump a ordonné l’expulsion de plusieurs fonctionnaires russes, alors que l’UE annonce que 16 Etats membres demanderont aux diplomates de partir.

 

Le président américain Trump a ordonné l’expulsion de 60 Russes alors que le conflit diplomatique entre la Russie  et le Royaume-Uni s’intensifie au sujet d’une affaire d’empoisonnement d’espionnage.

Jusqu’à 16 pays de l’UE ont également annoncé qu’ils expulseraient 31 diplomates russes.

Les Etats-Unis, soutenant leur allié le plus proche, ont annoncé lundi la fermeture du consulat russe à Seattle en réponse à la tentative d’assassinat de l’ancien espion russe Sergueil Skripal et de sa fille.

Les deux sont gravement malades dans un hôpital britanique après avoir été empoisonnés avec un agent neurotoxique de qualité militaire dans la ville de Salsibury, dans le sud de l’Angleterre, le mois dernier.

« Les états unis agissent de concert avec nos alliés et partenaires de l’OTAN dans le monde entier en réponse à l’utilisation par la Russie d’une arme chimique de qualité militaire sur le sol du Royaume-Uni, la dernière en date de ses activités de déstabilisation. le monde « , a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Des messages vindicatifs vers la Russie
Sarah Sanders,

Sarah Sanders, secrétaire de presse de la Maison Blanche, a  déclaré que les Etats-Unis et leurs alliés veulent envoyer un message à la Russie que « les actions ont des conséquences ».

Beaucoup de Russes expulsés étaient  des agents du renseignement.

 

L’ambassadeur de Russie à Washington, Anatoly Antonov, a répondu que la décision américaine était « injustifiée », a rapporté l’agence de presse RIA.

Anatoly Antonov,

« Ce que les Etats-Unis d’Amérique font aujourd’hui, c’est qu’ils détruisent le peu qui reste des relations russo-américaines », a-t-il dit.

L’ambassade de Russie aux États-Unis a demandé aux partisans de Twitter de voter sur ce que les consulats américains fermeraient en Russie, s’ils pouvaient décider.

Outre l’ambassade à Moscou, les Etats-Unis ont trois consulats dans le pays.

 

Maria Zaharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a  déclaré à la chaîne de télévision publique Rossia1 que la Russie répondrait en nature à tous les pays impliqués dans les expulsions. Elle a également accusé les Etats-Unis et le Royaume-Uni d’avoir lancé l’attaque contre Skripal.

Une situation qui s’envenime

Boris Johnson, le ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne, a  déclaré que le mouvement coordonné était « la plus grande expulsion collective des officiers de renseignement russes jamais ».

Il l’a qualifié de « réponse internationale extraordinaire de nos alliés » et a montré que « la Russie ne peut pas enfreindre les règles internationales en toute impunité ».

Pendant ce temps, 16 États membres de l‘UE ont décidé d’imposer diverses mesures diplomatiques contre la Russie. Il s’agit notamment de la France, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Suède, la Lituanie, l’Estonie, la Lettonie, le Danemark, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Finlande, la Roumanie et la Croatie. au total, ils expulsent 33 diplomates russes.

 

En outre, les pays non membres de l’UE, la Norvège, l’Albanie et l’Ukraine ont annoncé l’expulsion de respectivement, 1, 2 et 13 diplomates russes.

Plus tôt lundi, la Pologne, la Lettonie et la Lituanie ont retiré leurs ambassadeurs de Moscou et, vendredi, l’UE a rappelé le chef de sa délégation permanente en Russie, Markus Ederer, pour des consultations.

Le Canada a déclaré lundi qu’il expulsait quatre diplomates russes et refusait l’accréditation pour trois autres en réponse à une attaque par un agent neurotoxique « méprisable, odieux et imprudent » au début du mois en Grande-Bretagne.

 

Chrystia Freeland,

« Les quatre ont été identifiés comme étant des agents du renseignement ou des individus qui ont usé de leur statut diplomatique pour miner la sécurité du Canada ou s’ingérer dans notre démocratie » , a  déclaré Chrystia Freeland, la première ministre canadienne,dans un communiqué.

 

La Grande-Bretagne accuse la Russie d’utiliser l’agent neurotoxique Novichok dans l’attaque du Salsibury. La semaine dernière, le Royaume-Uni a expulsé 23 diplomates russes et leurs familles.

Moscou va réagir de la même manière

Moscou nie les revendications des agents neurotoxiques et riposte en forçant le même nombre d’employés de l’ambassade britannique à quitter la Russie.

Le 4 mars, Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients sur un banc près d’un centre commercial de la ville de Salisbury, à 120 km au sud-ouest de Londres.

Ils sont tous deux dans un état critique à l’hôpital de Salisbury.

Skripal est un ancien officier de renseignement militaire russe accusé d’espionnage pour le Royaume-Uni, qui a été emprisonné en 2006 et plus tard échangé contre des citoyens russes accusés d’espionnage aux États-Unis.

Le 19 mars, des représentants de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont recueilli des échantillons et leurs résultats devraient être publiés dans une semaine.

Une situation difficile

Konstantin Eggert,

Selon l’analyste et journaliste russe Konstantin Eggert, si les résultats de l’enquête de l’OIAC montrent un lien avec la Russie, la crise diplomatique s’aggravera.

 

« Moscou tentera maintenant de diviser l’UE en deux camps  le camp pro-britannique radical et ceux qui, selon eux, suivraient l’UE à cause des exigences de la solidarité plutôt que par conviction », a déclaré M. Eggert.

 

Selon lui, le Royaume-Uni intensifiera progressivement ses mesures contre la Russie.

« Il est tout à fait concevable pour moi que très bientôt il y aura une version britannique de la loi Magnitski et il semble que le désir de réprimer la richesse russe au Royaume-Uni est le plus sérieux de tous les autres au cours des 15-17 dernières années,  » il a dit.