Un pétrolier suisse saisi par la marine nigériane dans des circonstances étranges

La Marine du Nigéria a indiqué dans un communiqué publié le 9 Mars qui a arrêté le bateau-citerne San Padre Pio avec 16 membres d’équipage ukrainiens et environ 5 000 tonnes de produits pétrolier à bord en raison de l’entrée illégale dans les eaux du Nigeria et du carburant destiné au  commerce illicite . 

 

Le navire a été arraisonné  le 23 janvier et est actuellement ancré au mouillage de Bonny.

Cependant, ce qui est le plus surprenant dans cette affaire est la raison pour laquelle la marine nigériane a mis un mois et demi à rendre l’arrestation publique.

Mis en contact avec le capitaine du pétrolier, Andriy Vaskov, ce dernier affirme que le navire avait l’autorisation des autorités nigérianes pour décharger du carburant au Nigeria. Vaskov a nommé la société Blue Sea Marine Company comme ses partenaires nigérians et ceux qui recevraient la cargaison.

Il affirme qu’une partie de la cargaison a été déchargée à Lomé (Togo) et qu’une autre partie était destinée aux champs pétrolifères d’Odudu à la demande de ses partenaires nigérians, où ils se rendaient lorsqu’ils ont été arrêtés par la marine nigériane.

 « C’est la cinquième fois que nous transportons des produits pétroliers dans le pays, alors nous ne sommes pas inconnus, alors je ne comprends pas la raison de tout ce raffut », explique le capitaine.

Comme tout ce qui touche aux eaux nigérianes, à la sûreté et à la sécurité maritimes, nous faisons face à une nouvelle situation curieuse et pas tout à fait claires ni  transparentes.

Ce qui s’est réellement passé, pourquoi le pétrolier a été confisqué après avoir transporté plusieurs chargements de carburant vers le Nigeria est un mystère que ni les autorités nigérianes ne veulent clarifier.

Le principal mystère pour beaucoup de ceux qui naviguent dans ces eaux compliquées du golfe de Guinée est pourquoi les propriétaires étrangers, risquant leurs équipages, font encore des affaires au Nigeria.