Europass : Rendre le marché du travail européen accessible à tous

Les députés voteront le jeudi 15 mars sur une révision d’Europass, une plateforme qui facilite la comparaison de compétences professionnelles dans l’UE.

 

Les députés débattront le 14 et voteront le 15 mars sur une révision d’Europass, créé en 2005.

Europass a été utilisé par plus de 100 millions de personnes depuis 2005 mais il est aujourd’hui « trop compliqué » explique Thomas Mann, député démocrate-chrétien allemand et responsable de cette négociation au Parlement.

Selon les dernières données disponibles, la page internet d’Europass a été visitée plus de 126 millions de fois et plus de 60 millions de CV en ligne ont été créés.

 

Qu’est-ce qu’Europass ?

 

Europass établit un cadre européen transparent pour les documents professionnels comme le curriculum vitae et les uniformise afin que les compétences et les capacités des citoyens puissent être utilisées et comprises dans d’autres États membres.

Grâce à Europass, il est plus simple pour des millions d’Européens de se déplacer dans l’Union afin d’y travailler, d’y étudier ou d’y faire du volontariat.

Qu’est-ce qui va changer ?

L’un des objectifs principaux d’Europass est de faire en sorte que le marché du travail européen soit plus accessible à tous, y compris aux personnes en situation de handicap.

Afin d’y parvenir, les députés souhaitent que certains ajustements techniques soient réalisés sur la plateforme.

 

Jusqu’à présent, le portfolio Europass regroupe cinq types de documents : un CV, un passeport de langue, une section certificat, une section diplôme et un document de mobilité.

L’idée est d’ajouter un nouvel outil, le « portfolio électronique », qui rassemblera toutes les informations concernant une personne en un seul et même endroit.

 

 

Svetoslav Malinov

 « Il s’agit d’une mallette électronique, dans laquelle se trouve tout ce dont vous avez besoin en un seul endroit », annonce Svetoslav Malinov, député démocrate-chrétien bulgare.

Le processus de recrutement sera simplifié grâce à ce système de données qui rendra la reconnaissance des compétences et des qualifications plus transparente dans toute l’UE.

De plus, la plateforme en ligne protègera les données personnelles des citoyens.

 

Prochaines étapes

Une fois que les députés auront approuvé la révision, elle devra également être approuvée par le Conseil avant d’entrer en vigueur.