Le cyclone tropical Hola menace la Nouvelle Zélande

L’île du Nord subit des vents forts, les fortes pluies et les inondations côtières.

 
 

L’île du Nord se prépare aux vents dévastateurs, aux pluies torrentielles et aux inondations côtières.

Les résidents sont prévenus que la tempête est un système assez petit et que sa trajectoire peut changer.

 

 

Par conséquent, la zone qui verra le pire des dommages pourrait soudainement changer à la dernière minute.

Actuellement, certains des vents les plus forts, devraient toucher la plus grande ville, Auckland, où des vents soutenus de plus de 90 km / h sont attendus, et des rafales pouvant atteindre 180 km / h.

Ces vents sont assez puissants pour faire tomber les arbres, les lignes électriques, et les précipitations risquent de provoquer des inondations et des glissements de terrain, rendant certaines routes impraticables.

La tempête arrive à un mauvais moment pour l’île du Nord qui se remet encore de la dernière série de temps violent. Jeudi, plus de 80 maisons ont été inondées à Hawke’s Bay, où la tempête a également détruit une partie de la voie ferrée.

Plus de mauvais temps samedi ont causé d’autres dégâts, avec des vents violents soulevant le toit d’une usine d’Auckland et le déversant sur des lignes électriques déclenchant des coupures de courant.

Les restes du cyclone tropical Hola suivent moins de trois semaines après que le dernier ex-cyclone a frappé le pays.

L’état d’urgence a été déclaré dans de grandes parties de la Nouvelle-Zélande après que les restes du cyclone tropical Gita aient frappé le pays le 20 février. 

Le nord de l’île du Sud a été le plus touché. De nombreuses écoles ont dû fermer et des milliers de maisons sont restées sans électricité. 

La succession rapide d’ex-cyclones en Nouvelle-Zélande est attribuée à La Nina  phénomène naturel dans l’océan Pacifique.

La Nina est le léger refroidissement des eaux de surface du Pacifique, qui peut avoir un effet dramatique sur les conditions météorologiques dans le monde.

 

La Nina est également connue pour apporter un risque accru de cyclones tropicaux en Nouvelle-Zélande.