Le sommet en Corée du nord, fort en rebondissements

Les deux Corées  s’entendent sur de meilleures relations bilatérales

La Corée du Sud et la Corée du Nord ont décidé d’organiser le mois prochain un sommet entre leurs représentants, a annoncé le chef du Bureau de la sécurité nationale Chung Eui-yong, qui a rapportéles résultats de la visite de sa délégation en Corée du Nord.

Dores et déjà il est question du  troisième sommet intercoréen, entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui se tiendra à la Maison de la paix, au sud de la frontière intercoréenne, a précisé Chung lors d’un point de presse.

Il s’agira, si le sommet a lieu, de la première fois qu’un dirigeant nord-coréen foule le sol sud-coréen après la fin de la guerre de Corée.

 

Moon Jae-in

Chung et quatre autres envoyés du président Moon Jae-in ont passé deux jours à Pyongyang, où ils ont rencontré le numéro un nord-coréen, Kim Jong-un.

 

«Le Sud et le Nord ont décidé d’établir une ligne directe entre leurs dirigeants pour permettre des consultations étroites et réduire les tensions militaires, et sont aussi convenus de tenir la première conversation téléphonique avant le troisième sommet Sud-Nord», a rapporté Chung.

 

La Corée du Nord a aussi réaffirmé sa volonté de se débarrasser de ses armes nucléaires, selon Chung, un point très important qui dénote une volonté d’apaisement politique.

. «Le Nord a clairement affirmé son engagement envers la dénucléarisation de la péninsule coréenne et a dit qu’elle n’aurait aucune raison de posséder des armes nucléaires si la sécurité de son régime était garantie et que les menaces militaires contre la Corée du Nord étaient écartées», a dit l’envoyé.

Le Nord souhaite tenir des discussions «candides» avec les Etats-Unis sur les moyens de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule et de normaliser leurs relations bilatérales.

Kim Jong Un, a accepté de mettre la question de sa dénucléarisation en avant du dialogue avec Trump, sans condition.

«Le président Kim a déclaré que la question de la dénucléarisation pourrait faire partie de l’agenda d’un dialogue (Corée du) Nord-Etats-Unis», a-t-il dit.

«Nous devons tout spécialement prêter attention au fait qu’il ait clairement dit que la dénucléarisation de la péninsule coréenne a été une instruction de son prédécesseur (Kim Jong-il) et qu’il n’y pas eu de changement sur ce point là.»

La Corée du Nord a également assuré qu’il n’y aura pas de provocation militaire supplémentaires, comme un essai nucléaire ou un tir de missile balistique, tant que les discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord seront actives.

«De plus, le Nord a promis de ne pas utiliser d’armes nucléaires mais aussi conventionnelles contre le Sud», a ajouté Chung.

 

Signe d’amitié entre les deux Corées, le Nord a invité une équipe de taekwondo et une troupe artistique sud-coréennes à se produire à Pyongyang. La visite, répondra à la venue en Corée du Sud de leurs homologues nord-coréens à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang.

 

Suh Hoon, le directeur du Service national du renseignement, faisait partie des envoyés spéciaux en Corée du Nord. Chung a annoncé qu’il partira bientôt avec Suh à Washington pour expliquer les résultats de leur voyage à Pyongyang. Après leur retour, Chung se rendra en Chine et en Russie et Suh au Japon.

Les quatre pays participent aux pourparlers sur la dénucléarisation de la Corée du Nord, aux côtés des deux Corées. Ces pour-parlés avaient été abandonnés depuis plusieurs années.