Haïti et le Venezuela : les pays les plus corrompus d’Amérique latine

L’Uruguay et le Chili sont les plus propres pays d’Amérique latine, et le Venezuela et Haïti les plus corrompus, selon le classement publié aujourd’hui par l’ONG Transparency International (TI), qui enregistre des progrès en Argentine et revers au Brésil et El Salvador.

 

Dans la vingt-cinquième édition de l’Indice de perception de la corruption, la Somalie et le Soudan du Sud demeurent les plus bas classés et la Nouvelle-Zélande et le Danemark figure comme la plus transparente dans une étude dans laquelle 69% suspendent des 180 états analysés . 

Transparency International  a indiqué dans son rapport que « la plupart des pays se déplacent trop lentement dans ses efforts » pour lutter contre ces pratiques illégales et que « au cours des six dernières années, de nombreux pays ont peu progressé ou pas du tout. »

 

 

Jovenel et Maduro

 

 

Il a également souligné pour la première fois une corrélation « alarmante » entre les pays les moins bons résultats dans leur classement et ceux qui ont les pires niveaux de protection des journalistes et des militants, les deux groupes qui sont principalement responsables de l’exposition des scandales de corruption .

Les journalistes et les activistes sont «les ennemis des corrompus» et, par conséquent, «les premiers à être dans la ligne de feu, parfois littéralement», a-t-il déploré, se référant spécifiquement au cas du Mexique. 

En Amérique latine, ils se démarquent, comme d’habitude ces dernières années, de l’Uruguay et du Chili avec respectivement 70 et 67 points sur un maximum de 100, suivis du Costa Rica (59) et de Cuba (47).

 Ferreira a souligné que les pays les plus transparents sont aussi des cas de corruption, mais qu’ils sont suivis d’une « réaction » qui « fait la différence », comme dans le cas de l’Uruguay.