PARIS : la première maison close est ouverte, mais de….poupées

 

Et oui, la première maison close de Paris est ouverte au public, mais exclusivement occupée par des… poupées, oui vous avez bien lu, des poupées en silicone.

 

Il paraîtrait déjà, que bon nombre de personnes ont inondé le lieu, qui offre des services sexuels avec différentes poupées de tailles et de couleurs différentes.

Des photos du lieu, montrent quatre poupées différentes, avec des noms comme Lily, Sofia et Kim, qui portent des bikinis  et de la lingerie fine.

 

 

 

 

Pour un taux horaire de 85 euros, le site prétend que le bordel serait situé «quelque part dans le 14 e arrondissement».

Lorsque l’on voit que la Chine manque de femmes, et que les usines de fabrications de poupées sexuelles tournent à plein régime, on n’est plus étonné de ce qu’il se passe aussi sous nos latitudes.

 

 

 

 

Selon un sondage, plus de 20 % d’allemands seraient susceptibles d’acheter une poupée en silicone. Il ne faut pas oublier quand même le prix de « l’amour », qui varie entre 2500 dollars et 8000 dollars. On peut quand même dire que ce genre d’acquisition n’est pas réservé à tout le monde.

 

 

 

Il se trouve pas mal d’hommes qui pour des raisons qui leur sont propres, n’iraient pas voir de vraies péripatéticiennes. Alors évidemment, ils n’ont plus guère de choix, et l’option poupée silicone est aussi une possibilité pour certains d’assouvir leurs fantasmes.

La technologie arrive à un point où la robotisation intègre divers objets, comme les poupées de silicone, ce qui va donner une sens plus réaliste aux interactions entrez l’humain et la machine, via ces nouvelles poupées.

 

 

 

 

Pour en revenir au Lupanar Parisien, un casque de réalité virtuelle viendra renforcer les sensation des clients potentiels et leur apporter, tout du moins on l’espère pour eux, ce dont ils manquent cruellement.