Forum de la jeunesse : selon l’ONU, il faut donner les moyens aux jeunes de devenir des agents du changement

 A l’ouverture du Forum de la jeunesse organisé au siège de l’ONU à New York, de hauts responsables onusiens ont déclaré mardi qu’il fallait donner aux jeunes les moyens de devenir des agents du changement.

 

« Votre avenir est en jeu et les décisions que les hommes et femmes politiques prennent aujourd’hui auront une incidence sur vos vies, par conséquent nous sommes ici pour écouter vos voix », a dit la Présidente du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), Marie Chatardova, à l’ouverture de deux jours de débats.

 

Marie Chatardova

Ce Forum de la jeunesse a pour thème ‘Le rôle des jeunes dans l’édification de la viabilité et à la résilience des communautés urbaines et rurales’.

 

 

 

 

 

 

 

 

Miroslav Lajcak

« Notre système international n’a laissé aucune place aux jeunes », a reconnu le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miroslav Lajcak, en invoquant les images de la signature de la Charte des Nations Unies où on ne voit aucun jeune. « C’est pour cette raison que depuis des années, les jeunes n’étaient ni vus ni entendus dans les salles de réunion et les couloirs de l’ONU ».

 

 

Pour lui, il est impératif de ne plus dépeindre les jeunes comme des rebelles, des terroristes, des hors-la-loi et de les voir comme innovateurs, créateurs de solutions, entrepreneurs sociaux et environnementaux. Ainsi, « investir dans la jeunesse n’est pas un acte d’altruisme mais un investissement dans notre avenir à tous », a-t-il dit.

Au nombre d’1,8 milliard, un chiffre sans précédent, les jeunes doivent imprégner les populations urbaines et rurales avec leur énergie et leur créativité et devenir des partenaires incontournables pour rendre nos villes et établissements humains plus inclusifs, sûrs et viables, a-t-il ajouté.

Pour tirer parti de l’énorme potentiel inexploité des jeunes dans le monde et en faire des protagonistes de premier plan du développement durable, ils doivent être entendus et associés aux processus de prise de décision à tous les niveaux.

Comme l’a revendiqué l’une des coordinatrices des jeunes auprès de ce Forum, ce n’est pas un privilège mais un droit. « Nous ne voulons pas nous battre pour chaque partenariat, pour chaque dollar », a martelé la jeune femme pour qui « l’heure est venue de faire tomber les cloisons entre tranches d’âge ».

Cela suppose des espaces de dialogue et, dans cette optique, il faut que l’ONU agisse comme une serre de partenariats, servant de pont entre les jeunes pourvus d’idées et les structures de soutien qui peuvent aider à les concrétiser, a estimé le Président de l’Assemblée.

Cependant, comme l’a souligné la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, il va falloir « améliorer l’interface entre l’ONU et les gouvernements, en y impliquant les jeunes ».

A ce titre, l’Envoyée de la jeunesse, Jayathma Wickramanayake, a regretté qu’en dehors de ce Forum, les jeunes n’ont toujours pas d’espaces de participation et encore moins de ressources, et a souhaité que d’autres forums comme l’Assemblée générale et le Conseil économique et social (ECOSOC) leur ouvrent leurs portes.