Ministère de l’intérieur : Les chiffres de la délinquance en 2017

Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure, dirigé par un inspecteur général de l’INSEE, a publié ce matin le bilan de la délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie en 2017.

 

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, salue la démarche désormais en place depuis trois ans, qui permet une communication indépendante et transparente sur les chiffres de la délinquance observée au cours de l’année écoulée.

Ces données font ressortir deux tendances principales :

  • Une baisse des vols avec violence, mais une augmentation du nombre de cambriolages :
    • les vols avec violence, avec ou sans arme, sont en net recul (respectivement de -3% et -5%) ;
    • les cambriolages ont augmenté de 2% en 2017, soit une augmentation moins sensible que celle de 2016 (4%) ;
    • les vols d’automobiles sont en revanche orientés à la baisse (-6%).

Même si la hausse des cambriolages est contenue par rapport à 2016, elle appelle une mobilisation accrue des services. Cette mobilisation s’illustre par la progression du taux d’élucidation en 2017 (44 400 cambriolages élucidés l’an dernier, notamment grâce à la systématisation du recours aux techniques de police technique et scientifique).

Par ailleurs, le déploiement en 2017 de 4 antennes territoriales de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) de même que la généralisation des groupes d’enquête anti-cambriolage en zone gendarmerie et le développement des outils d’analyse sériel par les services de police permettront d’intensifier la lutte contre les groupes criminels organisés itinérants.

  • Une augmentation des violences sexuelles : +12% pour les viols, +10% pour les autres agressions sexuelles.

Gérard Collomb a réagi ce matin au micro d’Europe 1 : « Il y a eu un effet « affaire Weinstein » puisque la fin de l’année 2017 est marquée par une hausse très nette des plaintes pour violences sexuelles :

+ 31,5% de hausse des faits d’agression sexuelle autres que les viols (sur le seul 4ème trimestre). Je salue ce phénomène de libération de la parole et le fait qu’aujourd’hui plus globalement, on n’hésite moins à porter plainte. »

Le Président de la République a érigé l’égalité femmes-hommes comme « grande cause du quinquennat » et la lutte contre les violences faites aux femmes en est une priorité.

Le ministère de l’Intérieur travaille, dans la continuité des annonces du 25 novembre dernier, à la mise en place prochaine d’une plate-forme de signalement en ligne pour les victimes de violences, harcèlement et discriminations qui leur permettra d’être orientées et accompagnées dans leurs démarches.

« Nous travaillons en liens étroits avec la garde des Sceaux et la Secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, pour améliorer encore la prise en charge des victimes. J’aurais l’occasion de lancer dans les prochaines semaines la plate-forme de signalement en ligne », a déclaré le ministre d’Etat.

Le ministère s’est également engagé à développer la thématique de la lutte contre le harcèlement, les violences sexistes et notamment la cyberviolence, dans le cadre des modules de prévention à destination des 3000 policiers et gendarmes intervenant déjà dans les établissements scolaires dans le cadre de la prévention de la délinquance.

Pour télécharger le bilan statistique de la délinquance en 2017, rendez-vous sur cette page ou télécharger le fichier ci-dessous.