État de droit à Malte: les députés exigent des enquêtes sur toutes les allégations de corruption

La police maltaise doit enquêter sur toutes les allégations de corruption, notamment au plus haut niveau politique, pour mettre un terme au sentiment d’impunité, déclarent les députés.

 

Les députés de la commission des libertés civiles et de l’ancienne commission d’enquête sur le blanchiment de capitaux, l’évasion fiscale et la fraude fiscale (PANA) ont débattu jeudi des conclusions de la délégation qui s’est rendue à La Valette le mois dernier afin d’évaluer la situation concernant l’État de droit et plusieurs allégations de corruption et de blanchiment de capitaux.

 

 

MALTE

 

 

Le ministre maltais de la justice, Dr Owen Bonnici, a participé à la réunion, tout comme deux des fils de la journaliste et bloggeuse Daphne Caruana Galizia, tuée par un attentat à la bombe en octobre 2017.

 

 

Daphne Caruana Galizia

 

 

La plupart des députés ont critiqué l’absence d’intervention de la police en dépit de preuves sérieuses de mauvaise administration impliquant même des membres du gouvernement maltais, et ont considéré que la situation à Malte était source d’inquiétude pour l’ensemble de l’UE.

De nombreux députés ont souligné l’absence de transparence du programme ‘‘Citoyenneté par l’investissement’’. D’autres ont demandé à disposer de plus de temps pour avoir une vision claire et complète de la situation dans le pays.

 

Le ministre Bonnici a regretté que les députés ne prennent pas en compte les réformes importantes adoptées par le gouvernement maltais afin de lutter contre la corruption et a assuré que toutes les allégations sérieuses feraient l’objet d’enquêtes. ‘‘Il est faux de dire que le gouvernement a mis l’État de droit à la poubelle’’, a-t-il déclaré.