La France prend l’alerte OTAN

Le 11 janvier 2018, le vice-amiral d’escadre Jean-Philippe Rolland, amiral commandant la force d’action navale, a présidé la cérémonie de prise d’alerte OTAN de la force aéromaritime française de réaction rapide (FRMARFOR). Le patch OTAN, marquant l’engagement de la France dans la prise d’alerte au sein de la NATO Response Force (NRF) a été remis à tout le personnel FRMARFOR.

Du 1er janvier au 31 décembre 2018, l’état-major FRMARFOR tiendra l’alerte en tant que Commandant de la composante maritime (MCC) au sein de la NRF. En cas d’émergence de crise et après décision du niveau stratégique de l’OTAN, FRMARFOR sera en mesure de prendre, dans un délai de 5 jours, le commandement d’une force multinationale aéromaritime de grande envergure.

Cette force sera constituée par des moyens pouvant venir de tous les pays de l’OTAN.  En fonction du contexte et des besoins, elle sera composée de frégates, de bâtiments amphibies, de bâtiments de guerre des mines, de sous-marins ou de porte-avions.

Associé à cet état-major, un bâtiment de projection et de commandement (BPC) est également d’alerte afin de fournir une plateforme de commandement déployable sous faible préavis et avec d’importantes capacités de commandement.

Armé par 130 militaires, répartis entre Toulon et Brest, FRMARFOR est un état-major international (11 officiers alliés) et interarmées (5 officiers de l’armée de Terre et 1 officier de l’armée de l’Air) ayant vocation à être déployé pour des opérations ou exercices au profit de la France, l’OTAN, l’UE ou dans le cadre de coalitions.