Forte croissance du tourisme mondial en 2017, selon l’OMT

Les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 7% en 2017 pour atteindre un total de 1,3 milliard, selon les dernières données publiées par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

 

Ce chiffre est bien supérieur à la tendance de 4% ou plus de croissance depuis 2010 et représente les résultats les plus forts en sept ans. Cette forte dynamique devrait se poursuivre en 2018 à un rythme de 4 à 5%.

Menée par les destinations méditerranéennes, l’Europe a enregistré des résultats extraordinaires pour une région aussi grande et relativement mature, avec 8% d’arrivées internationales de plus qu’en 2016.

 

 

L’Afrique a consolidé son rebond de 2016 avec une hausse de 8%. L’Asie et le Pacifique ont enregistré une croissance de 6%, le Moyen-Orient de 5% et les Amériques de 3%.

L’année 2017 a été marquée par une croissance soutenue sur de nombreuses destinations et une reprise de celles qui ont souffert des baisses des années précédentes.

 

 

Les résultats ont été en partie influencés par la reprise économique mondiale et la forte demande extérieure de nombreux marchés traditionnels et émergents, en particulier un rebond des dépenses touristiques du Brésil et de la Fédération de Russie après quelques années de baisse.

« Les voyages internationaux continuent de croître fortement, consolidant le secteur du tourisme comme moteur clé du développement économique.

 

Zurab Pololikashvili.

En tant que troisième secteur d’exportation dans le monde, le tourisme est essentiel à la création d’emplois et à la prospérité des communautés du monde entier », a déclaré le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili.

 

« Cependant, alors que nous continuons de croître, nous devons travailler plus étroitement ensemble pour faire en sorte que cette croissance profite à tous les membres de chaque communauté d’accueil et soit conforme aux objectifs de développement durable », a-t-il ajouté.

La forte dynamique actuelle devrait se poursuivre en 2018, mais à un rythme plus mesuré après huit années d’expansion ayant suivi la crise économique et financière de 2008/2009.