CHINE: une enquête pour une monumentale fraude d’ 11 milliards de dollars est en cours

Au plus fort de ses activités, la société d’investissement en ligne Qbao.com comptait environ 200 millions d’utilisateurs enregistrés.

Contes alléchants de jusqu’à 80% de retours avaient des clients potentiels réclament de s’inscrire pour le régime «devenir riche rapidement» de l’institution financière. Même le nom complet de l’entreprise, Qianbao, a eu le vernis du succès, car il se traduit par «trésor d’argent».

Mais maintenant, le fondateur du site, Zhang Xiaolei, est en garde à vue après s’être rendu juste avant le début de la nouvelle année.

 

Zhang Xiaolei

 

Il a été accusé d’avoir collecté illégalement 70 milliards de yuans (11 milliards de dollars), selon des sources proches des autorités chinoises et rapportées dans les médias du continent.

Si ces allégations sont vraies, ce serait la plus grande fraude d’investissement en ligne dans l’histoire de la Chine.

« Cela montre la réalité que de nombreux Chinois manquent d’argent et sont fous des canaux d’investissement à fort retour », a déclaré Li Chao, analyste chez iResearch, une société de conseil en marketing à Beijing.

Si « fous » qu’ils risquent de tout perdre. En effet, cela semble presque certain après que Zhang est entré dans un poste de police le 26 décembre à Nanjing, capitale de la province du Jiangsu, dans l’est de la Chine, où Qbao.com a été exposé dans une flambée de publicité il y a près de huit ans.

 

 

Les autorités estiment que les investisseurs sont peut-être devenus les victimes d’une arnaque géante de type Ponzi, où de nouveaux clients ont fini par payer des gains exagérés aux clients établis à leur insu.

Avant la fermeture de la société d’investissement Internet, elle attirait chaque jour près de deux millions d’utilisateurs fin 2017 à partir de son siège à Shanghai.

« La police appelle les investisseurs de Qbao dans toutes les régions à informer les autorités locales de sécurité publique et à coopérer dans les enquêtes après que le propriétaire de la compagnie, Zhang Xiaolei, a été détenu pour soupçon d’un crime de collecte de fonds ». .

Pourtant, de nombreux clients sont convaincus que tout cela est une erreur massive, même si le secteur de la finance en ligne a été miné par des scandales, alors que les régulateurs chinois ont du mal à s’attaquer au problème.

L’année dernière, un des principaux services de prêt en ligne, Ezubao, était accusé d’escroquer plus de 900 000 investisseurs sur plus de 50 milliards de yuans en moins de deux ans.

Un  tribunal de Pékin a ensuite condamné Ding Ning, l’architecte de la fraude financière en ligne Ezubao à 9 milliards de dollars, à la réclusion à perpétuité, qui a finalement clos le chapitre sur l’un des plus grands systèmes de Ponzi de l’histoire continentale moderne.

Mais si les allégations concernant Qbao.com et Zhang sont vraies, cela pourrait éclipser ce cas.

« Je suis devenu très fatigué de réconforter d’autres investisseurs, dont certains étaient tellement anxieux qu’ils ont failli se tuer »  , a déclaré Mu Qing, qui est devenu un investisseur Baofen . « Mais nous avons tous fait confiance à Qbao, et nous attendrons pour voir ce qui se passe ».

Le 27 décembre, avec des millions d’autres clients, Mu avait gelé son compte sur Qao.com.

Ce qui va se passer ensuite dépend de l’enquête de la police chinoise et de la décision de la banque centrale de lancer une procédure. Il a ordonné à toutes les banques commerciales de la province du Jiangsu de lancer des inspections internes pour des prêts potentiels liés à Qbao.com ou à ses sociétés affiliées.

« Les investisseurs de Qbao mettent toute leur confiance en Zhang », a déclaré un ancien dirigeant de la société au site web des médias de Caixin. « C’était comme un culte. » 

Mais cette «confiance» s’est lentement transformée en dédain et en colère alors que les détails du monde en ligne de Zhang s’infiltrent dans le domaine public. En fin de compte, la chute pourrait les laisser brisés à plus d’un titre.