La Cour suprême de l’Inde envisage d’abroger la loi du pays qui interdit l’homosexualité

La Cour suprême de l’Inde doit envisager de supprimer une loi de l’ère coloniale confirmée en 2013 qui criminalise les relations homosexuelles.   

Dans une victoire pour les militants pour l’égalité des droits, la cour a déclaré qu’un groupe plus large de juges réexaminerait la validité constitutionnelle de l’article 377  une loi qui interdit les rapports charnels contre l’ordre de la nature avec tout homme, femme ou animal été largement interprété pour se référer au sexe gay.   
« Ce qui est naturel à quelqu’un n’est peut-être pas naturel pour les autres », a déclaré lundi le tribunal.   

 

L’avocat Anand Grover,

Une section de personnes ou d’individus qui exercent leur choix ne doit jamais rester dans un état de peur.   
L’avocat Anand Grover, qui comparaissait pour cinq membres de la communauté LGBT qui avaient demandé à la Cour de réexaminer l’interdiction, a déclaré: « C’est un grand soulagement et une première mesure prise par la Cour suprême pour réviser son ordonnance antérieure. »   

Les requérants avaient déclaré à la cour qu’ils vivaient dans la peur constante d’une action de la police en raison de leur orientation sexuelle.   

La Cour suprême de l’Inde avait, par une décision surprise en 2013, rétabli une interdiction du sexe gay après une période de décriminalisation de quatre ans qui avait contribué à faire connaître l’homosexualité dans un pays socialement conservateur.