MEXIQUE : les Narcotrafiquants font 50 morts en moins de 24 heures

L’Etat frontalier de Chihuahua est l’épicentre d’un « conflit narco » qui a fait au moins 32 victimes.

La violence ne s’arrête pas au Mexique . Une vague d’affrontements entre les cellules du crime organisé a fait plus de 50 morts dans plusieurs États, selon plusieurs rapports parus dans la presse nationale.

 La lutte des factions criminelles pour lecontrôle de Chuhuahua  (nord, Etat frontalier avec les Etats-Unis) a coûté la vie à au moins 32 personnes entre jeudi soir et vendredi soir.

Chihuahua est l’épicentre d’un conflit sur le contrôle des points de vente au détail entre le cartel de Juarez et le cartel de Sinaloa , anciennement dirigé par Joaquin El Chapo Guzman , maintenant emprisonné aux  Etats – Unis.

 La ville frontalière de  ciudad juarez , qui a été ravagée pendant des années par la violence et une crise de féminicide qui s’est propagée pendant près de trois décennies, a fait l’objet de 23 homicides. 

Dans la capitale de l’Etat du Nord, Chihuahua, il y a eu sept, alors que dans Ciudad Cuauhtemoc et Bocoyna il y avait un mort, selon le journal la Jordana . Cinq des victimes étaient des femmes et la majorité appartenait au groupe Mexicles, fidèle au cartel de Sinaloa ou le  cartel des Aztèques, fidèle au cartel de Juarez , a révélé les autorités de l’Etat. 

 

 

Dans l’état de Veracruz, qui borde le golfe du Mexique, il y avait six meurtres,  dont cinq corps démembrés qui ont été trouvés à l’ aube vendredi. Les cadavres ont été abandonnés dans un taxi à l’intérieur de sacs noirs. Les têtes des victimes sont apparues sur le coffre de la voiture à côté d’un message de Cartel nouvelle génération Jalisco , qui est jugé coupable de plusieurs assassinats.

 

Felipe Calderon.

À Coahuila , dans le nord du pays, trois personnes ont été retrouvées assassinées dans une section de route reliant les villes frontalières de Piedras Negra  et  Nuevo Laredo. Il y a eu cinq autres meurtres dans les États de Guerrero et d’Oaxaca, dans le sud du pays, et cinq autres à Guanajuato et Hidalgo, dans la zone centrale. 

San Luis Potosí a enregistré une autre mort violente. Si le nombre d’incidents entre les groupes criminels est consolidé, ce serait le deuxième jour le plus violent des 12 derniers mois, seulement dépassé par le passé 23 juin, quand il y avait 58 meurtres, rapporte le journal milenio.

 

Le Mexique a clôturé 2017 comme l’année la plus violente dans  laquelle il a été enregistré.

 Le pays a enregistré 26.573 meurtres entre janvier et novembre de l’année dernière, selon les données officielles. Les spécialistes attendus facilement cassé le toit de morts violentes marqués en 2011. Cette année -là, il y avait 27,199 homicides, alors que le pays mène l’ un des épisodes les plus violents de la guerre contre le narco conduite par le président Felipe Calderon.