Est de l’Ukraine : 220.000 enfants menacés par des engins explosifs

 Les mines antipersonnel et les engins explosifs menacent 220.000 enfants dans l’est de l’Ukraine, révèle le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Depuis le début de l’année, chaque semaine, un enfant a été victime du conflit, le long des 500 kilomètres de la ligne de contact qui divise les zones gouvernementales et non-gouvernementales. La plupart ont été blessés ou tués en en touchant un engin explosif, comme une grenade ou un détonateur.

 

Un enfant en Afrique blessé par une mine

« Je l’ai ramassé, j’ai dû appuyer sur quelque chose et ça a juste explosé. Il y avait beaucoup de sang et les doigts pendaient. J’avais tellement peur que j’ai commencé à trembler et je me suis presque effondré », a déclaré Alesky, un garçon de 14 ans, dans un témoignage recueilli par l’UNICEF.

Le Fonds appelle toutes les parties en conflit à cesser l’utilisation de ces armes qui mettent les enfants et leurs communautés en danger de mort, à tout moment.

Depuis 2015, plus de 500.000 enfants affectés par le conflit dans l’est de l’Ukraine ont suivi le programme de l’UNICEF sur les risques liés aux mines et 270.000 ont bénéficié d’un appui psychosocial.

 

 

Toutefois, l’appel d’urgence lancé par l’agence onusienne en faveur des enfants et leurs familles dans l’est de l’Ukraine reste sous-financé. Moins de la moitié (46%) des fonds demandés par le Fonds a été recueillie en 2017.