CHILI : un gigantesque glissement de terrain, enterre une ville

Au moins cinq personnes sont mortes et 15 sont portées disparues après une inondation dans une ville du sud du pays, qui a provoqué un glissement de terrain

Cinq personnes sont mortes et 18 sont portées disparues après que samedi  un glissement de terrain s’est produit et a balayé une grande partie de la ville de Villa Santa Lucia,  un village dans le sud du Chili, qui a été déclaré zone sinistrée par la Présidente Michelle

Bachelet.

L’accident s’est produit dans la ville de Villa Santa Lucia, dans la région de Los Lagos à environ 1.100 kilomètres au sud de Santiago où des pluies intenses ont provoqué le débordement de certaines rivières et une avalanche qui a enseveli une grande partie de cette ville.

La présidente a déclaré une zone de catastrophe dans la ville, une mesure qui lui permet d’allouer plus de ressources économiques et de mobiliser plus d’équipes de secours pour cette catastrophe.

« Jusqu’à présent, nous avons cinq morts, deux femmes identifiées, deux autres voisins et un autre touriste qui n’ont pas encore été identifiés », a déclaré Mme Bachelet lors d’une conférence de presse. « Il y a 15 personnes disparues qui sont recherchées activement et il y a 8 blessés, dont quatre sérieux », a-t-elle ajouté.

Selon le rapport, le glissement de terrain a dévasté une vingtaine de maisons et certains véhicules ont été détruits, tandis que la ville s’est retrouvée sans électricité et sans service d’eau potable. 

Le Service Électoral a annoncé qu’à Villa Santa Lucia, que le vote pour les présidentielles prévu ce dimanche, a été suspendu, en raison des dommages subis par l’école où la seule table de réception de votes de la ville, allait être installée.

Les équipes d’urgence ont mis beaucoup de temps pour atteindre le site en raison de leur éloignement puisque les routes qui le relient ont été bloquées par la boue et les pierres. L’armée de l’air chilienne et la police ont envoyé une assistance par hélicoptère, tandis que la marine a déplacé des navires vers le port le plus proche de la zone de l’accident.

 

 « Nous aurons toutes les ressources nécessaires pour faire face à ce nouveau désastre de la nature », a déclaré Mme Bachelet.