AUSTRALIE, pièces de missiles à vendre : Un «agent» de la Corée du Nord accusé de complot

SYDNEY: Un « fidèle agent de la Corée du Nord » basé à Sydney a été accusé d’avoir tenté de vendre des pièces de missiles et de la technologie sur le marché noir afin de collecter des fonds pour Pyongyang en violation des sanctions internationales.

Le citoyen australien naturalisé d’origine coréenne, âgé de 59 ans, tentait de négocier des accords illicites qui auraient pu générer des « dizaines de millions de dollars » pour la Corée du Nord, a annoncé la police fédérale australienne.

L’homme a été impliqué dans des discussions pour mettre en place une installation de production de missiles balistiques et la fourniture de plans de construction de missiles en plus des composants, des logiciels et du transfert d’expertise technique de Pyongyang, rien que ça !

L’homme en question, était en contact avec des hauts fonctionnaires nord-coréens.

« Cet homme est un  agent de la Corée du Nord, croyant agir pour servir un but patriotique supérieur. »

Les plans de ( l’espion) présumé n’impliquaient pas d’autres gouvernements ou fonctionnaires, a indiqué la police locale. Les autorités n’ont pas révélé quelles étaient les personnes impliquées dans cette affaire.

 

La Corée du Nord est soumise à des sanctions sévères des Nations Unies visant à faire cesser  les recettes des programmes nucléaires et de missiles de Pyongyang.

 

Malcolm Turnbull

« C’est une arrestation très importante, les accusations portées sont de la plus grande nature », a déclaré le Premier ministre Malcolm Turnbull aux journalistes à Sydney.

« Il est d’une importance vitale que toutes les nations … appliquent ces sanctions. »

L’homme, qui a vécu en Australie pendant trois décennies, aurait utilisé des services de communication cryptés pour faciliter les tentatives de transaction, y compris le transfert de charbon de la Corée du Nord à des entités en Indonésie et au Vietnam.

 

Il est en garde à vue et fait face à un total de six accusations, avec des peines maximales allant jusqu’à 10 ans de prison.

Les enquêteurs n’excluent pas d’autres accusations et examinent d’autres tentatives de commerce de produits de base impliquant du pétrole et des pierres précieuses.

C’est la première fois que des accusations sont portées pour violation de la Loi sur les armes de destruction massive de Canberra et pour violation des sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord en Australie.

 

 

L’anxiété mondiale à l’égard du gouvernement musclé de Kim Jong-Un, a régulièrement augmenté cette année, Washington appelant les autres membres de l’ONU à couper les ponts avec Pyongyang afin de contraindre le régime secret à être plus transparent.