CANADA: un avion s’écrase à Fond du Lac, tous les passagers survivent (témoignage)

FOND DU LAC – Lyman Fern, âgé de 15 ans, se dit reconnaissant d’avoir survécu au crash de l’avion qui s’est écrasé à Fond du Lac, dans le nord du Canada, mercredi soir.

L‘adolescent  qui a survécu avec plusieurs coupures aux mains, une entaille à la tête et un mal de tête, était l’un des 22 passagers et trois membres d’équipage à bord lorsque le vol West Wind Aviation s’est abattu mercredi soir près de l’aéroport de Fond du Lac. Tout le monde a survécu.

Fern a dit que tout était normal avant le vol, mais peu de temps après que l’avion ait décollé de la petite communauté du nord, les choses ont commencé à se faire sentir, alors que l’avion commençait à se balancer d’avant en arrière. 

« Pour la quatrième fois, il s’est arrêté et les moteurs ont également été coupés. Il faisait juste noir dans l’avion « , a-t-il dit. « Je viens de fermer les yeux. Je ne savais pas quoi faire. Je n’ai même jamais été assommé. « 

 

 

Il a dit quand il a ouvert les yeux, il était allongé sur un tas de branches. Sa ceinture de sécurité s’était détachée et il n’était pas assis. L’avion était calme et sombre.

« Une fois que j’ai regardé autour de tout, pendant une seconde, je pensais que j’étais mort », a-t-il dit. 

Des professionnels de la santé l’ont examiné dans une clinique voisine et les infirmières lui ont dit qu’il allait bien.

« Si vous pensez vraiment qu’il y a quelqu’un là-haut, il a vraiment une grande puissance. » 

Sa grand-mère, Shirley Fern, a dit qu’elle est heureuse que son petit-fils soit vivant. Bien qu’il semble être de bonne humeur, il souffre beaucoup, a-t-elle dit.

OPÉRATION DE SAUVETAGE

Ivan Adam, un Ranger du Nord, a été la première personne à arriver sur les lieux. 

Il a entendu le bruit de sa maison et est entré en action, conduisant sa motoneige sur le site. 

« Je viens de dire, ‘Oh mon Dieu. J’espère qu’il y a des survivants », se souvient-il.

« Tout ce que je viens de dire était   » Bonjour  » et dès que j’ai dit cela, il y avait des gens qui demandaient de l’aide. Aidez-moi.’  » 

 

Un survivant

 

Adam est allé chercher de l’aide et a demandé à quelqu’un de poster sur Facebook qu’un avion s’était écrasé, qu’il y avait des survivants et que les gens avaient besoin d’aide.

« Environ cinq, 10 minutes plus tard, il y avait déjà des gens qui arrivaient avec des couvertures et tout, alors nous transportions les gens d’avant en arrière », a-t-il dit.

Il a dû utiliser la lampe de poche sur son téléphone au cours de l’opération de sauvetage à cause des fuites de carburant de l’avion en utilisant une allumette ou un briquet cela aurait été dangereux.

Dans une heure et demie, Ivan a déclaré que les sauveteurs ont réussi à faire sortir la majorité des gens. Certains passagers ont pris plus de temps à sortir que d’autres les sauveteurs devaient utiliser un chargeur pour retirer un garçon.

UN ACCIDENT GRAVE

Jeudi, Rick Philipenko, vice-président des finances et chef des finances de West Wind Aviation, a déclaré que l’accident était inconnu.

Il a ajouté que le Bureau de la sécurité des transports mènera une enquête, parallèlement à une enquête interne menée par West Wind.

« C’était un accident », a-t-il dit. « West Wind Aviation est fière de son dossier de sécurité et nous continuerons à être implacables en ce qui concerne cet objectif principal de West Wind.

 

L’avion se dirigeait vers Stony Rapids depuis Fond du Lac. Un grand nombre des passagers et de l’équipage blessés étaient soignés dans les installations médicales de Fond du Lac et de Stony Rapids, jeudi. Cinq personnes souffrant de blessures non mortelles ont été transportées vers d’autres centres médicaux, y compris le Royal University Hospital de Saskatoon, a précisé Philipenko.

 

 

 

C’ÉTAIT LA TERREUR

Le conseiller du Fond du Lac, Ronnie Augier, a déclaré que toute la communauté était ébranlée. Il a remercié les membres de la communauté, les bénévoles et les premiers intervenants pour leur travail, «du fond de Son cœur».

« Nous n’avions jamais prévu (quelque chose comme ça) et personne n’était prêt pour ce genre d’événement. C’était quelque chose, vraiment, vraiment terrifiant, horrifiant et choquant pour toute la communauté « , a-t-il dit. 

« Nous allons rester à vos côtés sur cet événement et essayer d’aider tout le monde et de répondre à tous les besoins. »

DES ENQUÊTEURS SUR LE SITE

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports arrivent sur les lieux jeudi après-midi. Les membres des médias n’étaient pas autorisés à voir le site parce que l’enquête en était à ses débuts.

S’adressant à des journalistes à l’extérieur de l’aéroport, l’enquêteur des opérations du BST, David Ross, a déclaré que deux enquêteurs étaient sur place et que d’autres membres du personnel répondraient dans les prochains jours. 

 

Il a ajouté que le BST examinerait l’équipement, le fonctionnement de l’aéronef, l’exploitant et tout autre renseignement disponible. 

« Nous n’avons pas d’autres informations en ce moment concernant le vol. Nous en sommes aux premiers stades de l’enquête « , a-t-il dit. 

Ross a indiqué que l’enquête sur le terrain se déroulera à Fond du Lac et se poursuivra dans les bureaux du BST au Québec, en Ontario et au Manitoba. 

Le chef du Fond du Lac, Louis Mercredi, a déclaré que tous les membres de sa communauté ont été secoués par le crash.

« Beaucoup d’entre eux sont traumatisés par l’accident qui s’est produit. Nous n’avons jamais rien vécu de tel et maintenant toute la communauté a besoin d’attention avec les services d’assistance en santé mentale », a-t-il dit.

M. Mercredi a indiqué que des organisations, notamment la Fédération des nations autochtones souveraines, le Grand conseil de Prince Albert et Indigenous Services Canada, ont offert leur soutien. Il a dit que les thérapeutes en santé mentale seront envoyés dans la communauté.

Il a entendu des membres de la bande qui se trouvaient à Prince Albert pour des procédures médicales lorsque l’avion est tombé et ont maintenant peur de retourner à Fond du Lac, a-t-il dit.

« Ils sont aussi traumatisés que tout le monde à la maison. Ils ne veulent pas partir. Nous devons ramener mon peuple à la maison. Nous avons désespérément besoin d’une route toutes saisons. « 

Le personnel du BST devrait rester sur les lieux pendant les prochains jours au fur et à mesure que l’enquête se poursuivra.