St Martin : la polémique. Les travailleurs expatriés en font les frais

Les dernières nouvelles de l’île n’étaient pas très bonnes avec le passage de l’Ouragan Irma et l’île commence tout doucement à refaire surface, mais les choses ne se passent pas toujours comme on s’y attend…

De nombreuses habitations ont été touchées en partie ou complètement détruites comme on a pu le voir sur les images diffusées par les médias. Mais aujourd’hui un problème se pose et il est de taille.

Comment les employés spécialisés vont pouvoir se rendre sur l’île ou le prix des locations, contrairement à ce que tout le monde espérait, est monté en flèche. Il faut rappeler que st Martin est partiellement détruit et il manque encore beaucoup de produits qu’ils soient sanitaires ou tout simplement alimentaires.

 

 

Le courant fonctionne et la distribution d’eau est opérationnelle, même si les connexions internet sont souvent à la baisse.

Aujourd’hui les entreprises ont d’énormes difficultés à embaucher, car elles ne peuvent pas loger les employés,  qui rappelons le doivent être là pour le bien de tous, afin d’améliorer l’existence de chacun.

Mais la majorité des propriétaires ne l’entendent pas de cette oreille et gardent obstinément les prix en hausse ce qui est un scandale, quand on voit l’état de l’île qui a encore pas mal à faire pour retrouver visage humain.

Une grande partie des logements non cyclonés, ont été occupés par les militaires français qui à l’heure actuelle sont partis. Ce sont les gendarmes qui occupent un grand nombre de logements et eux aussi à leur tour vont rentrer en métropole.

 

Cela va permettre a de nombreux logements de se retrouver à nouveau sur le marché locatif et cela devrait logiquement faire baisser les prix. Mais rien n’est sûr et la polémique gronde parmi les professionnels du BTP, car les propriétaires ne cèdent rien malgré la perte de revenus dû au manque de touristes, qui ne sont pas venus sur l’île dévastée, pour la saison qui vient de commencer.

Afin de donner un ordre de prix, un studio ne se trouve pas à moins de 650 a 700 euros mensuel avec de la chance.Comment un travailleur détaché peut faire pour gagner sa vie en venant apporter ses connaissances et son travail sur l’île en devant payer de telles sommes que seuls les touristes en pleine saison peuvent débourser ?

Une maison toute simple avec deux chambres c’est de suite 1600 à 2500 euros dans le meilleur des cas. On a l’impression de marcher sur la tête et les habitants de st Martin risquent d’attendre longtemps avant que des travailleurs expatriés se rendent sur l’île pour y travailler. C’est en quelque sorte couper la branche sur laquelle on est assis !

Espérons qu’à St Martin les choses vont changer dans le secteur de l’immobilier locatif, car le mécontentement est grandissant et les intervenants ne se gênent pas pour le faire savoir.