RDC : l’ONU rend hommage aux Casques bleus tanzaniens tués dans le territoire de Beni

 La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a rendu hommage lundi à Beni, dans la province du Nord-Kivu, aux Casques bleus tanzaniens tués jeudi 7 décembre dans l’attaque d’une base de la MONUSCO à Semuliki.

Lors de cette cérémonie, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en RDC, David Gressly, a encouragé les militaires, policiers et civils de la MONUSCO à poursuivre leurs efforts pour mettre en œuvre le mandat de la Mission, notamment la protection des civils.

 

David Gressly

Il a réaffirmé toute la détermination de la MONUSCO à restaurer la paix dans le territoire de Beni.

« Quand on rend hommage à ces soldats qui ont trouvé la mort c’est important aussi de rester ferme avec notre détermination de continuer le travail pour lequel ils ont perdu leur vie. Donc on va continuer dans ce sens », a dit M. Gressly, à l’issue de la cérémonie lors d’un entretien avec Radio Okapi.

 

 

L’Ambassadeur de Tanzanie en RDC, Paul Ignace Mella, le Ministre provincial de la santé du Nord-Kivu, Martial Kambumbu, et le commandant de la force de la MONUSCO, Derrick MGwebi, ont également assisté à cette cérémonie.

Selon David Gressly, la MONUSCO est déterminée à continuer son travail de protection des civils sur l’axe Mbau-Kamango. « Ce qui est important maintenant, c’est de rester engagé sur cette route pour protéger les civils surtout vers Kamango. Nous sommes déterminés à continuer notre travail sur cet axe », a-t-il assuré.

 

Vendredi, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné l’attaque meurtrière perpétrée par des hommes armés appartenant apparemment au groupe rebelle des Forces armées démocratiques (ADF) contre la base de la MONUSCO à Semuliki, dans le territoire de Beni (province du Nord-Kivu).

L’attaque qui a fait au moins 14 tués parmi les Casques bleus a également causé la mort de membres des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Au moins 44 soldats de la paix ont aussi été blessés.

« Ces attaques délibérées contre les Casques bleus de l’ONU sont inacceptables et constituent un crime de guerre », a martelé le Secrétaire général qui a appelé les autorités de la RDC à enquêter sur cette attaque et à traduire rapidement leurs auteurs en justice.

« Il ne doit pas y avoir d’impunité pour de telles agressions, ici ou partout ailleurs », a ajouté M. Guterres.